City Hunter Rebirth de Sokura Nishiki

City Hunter Rebirth de Sojkura Nishiki chez Ki-oon, 2019. (Shonen)

Résumé du livre :

Kaori est une inconditionnelle de City Hunter. Son fantasme est de vivre de grandes aventures aux côtés de son idole, Ryo Saeba. Mais, célibataire à 40 ans et prisonnière d’un boulot ennuyeux, elle commence à perdre ses illusions de jeunesse… 

Son quotidien morne bascule le jour où, percutée par un train à pleine vitesse, elle se réveille dans la peau d’une lycéenne dans le Shinjuku des années 80 ! Désorientée et à bout de nerfs, elle tente le tout pour le tout et trace le fameux XYZ sur le panneau de la gare…

Retrouvez tous les personnages légendaires de City Hunter dans un spin-off officiel validé par maître Hojo lui-même ! Humour, action et émotions fortes… City Hunter n’a jamais été aussi vivant !

Mon avis

Attention nostalgie quand tu nous tiens ! Bah oui pour ceux qui ont été biberonné avec le club Dorothée ce manga est fait pour vous. Vous vous rappeler de Nicky Larson ? Oui ? En fait le personnage s’appelle Ryô Saeba. Et la série en fait s’appelle City Hunter. La série est un Sonen donc c’est un peu plus adultes que le dessin animé qu’on a pu voir dans notre enfance. C’est très amusant. Et maintenant nous avons la série City Hunter Rebirth.

Nous faisons la connaissance de Kaori qui est une grande fan de City Hunter et a réussi à mieux supporter son quotidien grâce à la série. Maintenant elle est une mangaka d’une quarantaine d’années. Comme dit le résumé elle s’ennuie. Mais après un accident elle se réveille. Elle est redevenue adolescente. D’abord elle est effondrée. Jusqu’à qu’elle se rend compte que dans ce monde parallèle elle se retrouve dans le monde de City Hunter. Et là elle réussit à retrouver Ryô et à s’installer chez Ryô et sa partenaire. Elle se fait passer pour une jeune amnésique. Et comme elle connaît par cœur la série. Elle est considérer comme une voyante. Tout ça est très amusant.

Kaori suit avec plaisir le quotidien des personnages de la série. Tout ça est très amusant. Elle connaît parfaitement Ryô à telle point qu’elle sait même où il cache ses revues érotiques. On retrouve chaud lapin Ryô, sa partenaire et Kaori vivre et travailler ensemble.

Un ami et collègue m’a dit que la série devrait être courte. Pour l’instant elle est de 3 tomes au Japon et 2 en France.

J’ai hâte de lire le tome 2.

Bonne lecture !

Le garçon d’à côté de Robico

Le Garçon d’à côté de Robico chez Pika, 2014. Pour l’anime chez Black Box, 2012.

Résumé de l’éditeur :

Une rencontre peut changer une vie !

Shizuku Mizutani, jeune lycéenne, ne s’intéresse qu’à ses résultats scolaires. Un jour, alors qu’elle se rend chez Haru Yoshida, un élève à la réputation de mauvais garçon, pour lui remettre des copies des cours auxquels il n’a pas assisté, celui-ci prend la décision unilatérale que Shizuku et lui seront amis ! Devant la naïveté de Haru, Shizuku se laisse attendrir et lui montre quelques signes de gentillesse à tel point que Haru, touché qu’elle prenne sa défense, lui fait une déclaration d’amour inattendue ! Comment va évoluer la rencontre improbable d’une jeune fille au coeur de pierre avec un drôle de garçon ?

Mon avis :

Pour une fois je détaille aussi la parution de l’anime. Parce qu’une fois n’est pas coutume je n’ai pas lu le manga mais je regarde l’anime sur Netflix.

Et j’aime bien. Mais si vous voulez le lire il est disponible chez Pika.

Je vous présente donc Shizuku qui est une fille sans ami mais pour une raison très précise. Elle n’a pas le temps pour ça. Sa priorité sont les études et seulement les études. Et elle compte être la meilleure.

Un jour sa professeure lui demande de ramener des cours à Haru qui lui a décidé de ne plus venir au lycée.

Haru n’y va plus parce qu’à chaque fois qu’il se retrouve au collège ou au lycée. Il se retrouve à se bagarrer. En fait on se rend compte que c’est toujours pour aider d’autre gens. Mais il se retrouve avec une réputation de violent et tout le monde a peur de lui.

Shizuku y va avec appréhension. Pas à cause de la réputation de Haru mais plus parce qu’elle ne veut pas. Haru est tellement étonné que quelqu’un vient du lycée lui apporter quelque chose. Il se retrouve à devenir de drôle d’amis. Et donc Haru décide de revenir au lycée. Shizuku va devoir apprendre à un peu s’ouvrir aux autres et aussi à apprendre à étudier avec les autres. Petit à petit le groupe s’agrandit.

Nous allons donc suivre Shizuku, Haru, un coq et au moins deux autres personnes, des voyous… J’aime beaucoup cet anime.

Je vous en conseille donc soit la lecture soit l’anime. ça devrait vous plaire.

Bonne lecture !

Banale à tout prix de Nagamu Nanaji

Banale à tout prix de Nagamu Nanaji chez Kana, 2018.

Résumé de l’éditeur :

Ayant pour exemples une mère trop romantique et une grande sœur trop coincée, Koiko a décidé d’être « normale », dans la moyenne, ni trop, ni trop peu. Son quotidien banal bascule lorsqu’elle découvre que son petit ami, très banal, est en train de la tromper !
C’est l’un des garçons les plus populaires du lycée, Tsurugi, qui lui ouvre les yeux
Depuis ce jour, Tsurugi ne cesse de se mêler à la vie de Koiko, lui faisant remarquer qu’elle n’est pas comme les autres et risque d’autant plus de casser son image de « normalité »… Mais Koiko n’a pas l’intention de se laisser troubler !

Mon avis :

Pour Koiko la banalité est source de bonheur. Sa mère bien trop passionnée passe d’une relation à l’autre avec à la fin un gros chagrin. Sa sœur ainé C’est tout le contraire. Elle est asexuelle et s’en porte très bien. Koiko a un petit ami banal avec qui elle entretient une relation banale. Elle pense être heureuse. Elle pense l’aimer mais sans fougue ça va de soit.

Jusqu’à ce qu’elle croise Tsurugi. Tsurugi est un beau jeune homme mais qui n’a jamais aimé une fille (ni un garçon). Tsurugi se rend compte que le petit ami banal de Koiko est en fait un coureur de jupon. Il appelle Koiko pour qu’elle se rende compte de la duplicité de son amoureux. D’abord elle lui pardonne. Elle remercie Tsurugi mais ne veut absolument pas de rapport avec Tsurugi qu’elle trouve bien trop exposé. En effet, il est loin d’être banal. Il attire les filles comme un aimant et est un bon élève.

Mais peu de temps après elle se rend compte qu’elle ne peut pas rester avec son petit ami. Pendant ce temps là Tsurugi se fait embaucher par la mère de Koiko dans son restaurant qu’elle tien toute seule.

Koiko petit à petit se rend compte qu’elle pense avoir des sentiments pour Tsurugi et que c’est réciproque. Ils vont devoir apprendre à se connaître. Koiko va devoir se faire à l’idée d’être moins banale en côtoyant Tsurugi et que ce n’est pas forcément source de bonheur. Tsurugi lui va devoir apprivoiser Koiko et faire profil bas pour rester avec Koiko.

Pour un Shōjo, il est sympa. Koiko est un personnage amusant qui a du mal à montrer ses sentiments et être elle même. Tsurugi n’a jamais eu conscience de son statut. Il va devoir comprendre son sentiment qui monte en lui.

Je vous en conseille donc la lecture.


Irrésistible d’Azusa Mase

Irrésistible d’Azusa Mase chez Kana, 2018

Résumé de l’éditeur :

Serina remarque des paroles de chanson d’amour griffonnée sur un bureau… Sans en être tout à fait consciente, elle tombe amoureuse de celui qui a écrit ces mots. Elle va chercher l’auteur et découvrir qu’il s’agit de Mizukawa, son « senpai ». Rapidement, Serina fait sa déclaration alors qu’elle ne connaît rien de ce garçon. Tous deux vont apprendre à se connaître et chercher le moyen de vivre pleinement leur relation.

Mon avis :

Serina tombe amoureuse avec une chanson d’amour. Et contre toute attente elle va découvrir le garçon qui a écrit ces paroles sur le bureau où elle étudie. Ils vont entamer une relation. Mais Serina et Mizuakwa ne se connaissent pas. Et donc tout en entamant une relation ils vont apprendre à se connaître. Et puis ils feront tout pour que la relation dure. Enfin surtout Serina qui n’a pas beaucoup confiance en elle.

C’est un manga qui se laisse lire. une gentille histoire d’amour qui vous ravira.

Bonne lecture !