Le tueur en face de moi de John E. Douglas et Mark Olshaker

Le tueur en face de moi : Qui sont ces prédateurs que nous ne soupçonnons pas ? de John E. Douglas et Mark Olshaker chez Michel Lafon, 2019.

Résumé de l’éditeur :

À quoi reconnaît-on un esprit prédateur ? Qu’est-ce qui pousse un criminel à agir ? Naît-on avec des pulsions meurtrières ou sont-elles dues à des circonstances extérieures ? Que ressent-on avant le passage à l’acte ?

Après avoir étudié et interrogé pendant plus de 25 ans les plus grands tueurs en série, John Douglas est capable d’anticiper leurs gestes, voire de les pousser aux aveux.

Dans Le Tueur en face de moi, le très célèbre profileur du FBI dévoile ses méthodes au travers d’entretiens avec quatre des plus grands meurtriers de notre époque. En revenant sur ces affaires, il nous laisse entrevoir, au cœur du mal, l’être humain dans toute sa complexité.

Mon avis :

Alors au vue de la polémique récente sur Stéphane Bourgoin à l’heure où j’écris ces lignes. Là on ne peut pas remettre en question John E. Douglas qui était un vrai profiler du FBI. Donc ce qu’il raconte dans ce livre on peut le croire. Donc les deux auteurs racontent comment Douglas notamment a entamé des entretiens avec des tueurs en série pour comprendre leur processus criminels et leurs psychologie pour ensuite arriver à enquêter de meilleures manières sur d’autre cas et aussi pour essayer de trouver la dangerosité des personnes incarcérées soit dans le cas des remises de peine soit avant leur procès.

En prenant des exemples concrets il explique sa manière de faire et présente différents types de criminels.

Ce livre est très intéressant si vous vous intéressez au sujet.

Bonne lecture !

L’incroyable voyage de Coyote Sunrise

L’incroyable voyage de Coyote Sunrise de Dan Gemeinhart chez Pocket jeunesse, 2020.

Résumé de l’éditeur :

Rentrer chez soi est parfois le plus difficile des voyages…

Coyote, douze ans, vit avec Rodeo, son père, dans un bus scolaire. Ensemble, ils sillonnent les États-Unis au gré de leurs envies, embarquant parfois quelques autostoppeurs à l’âme en peine. Quand Coyote apprend que le parc de son enfance va être détruit, elle décide de tenter l’impossible : traverser le pays en moins de quatre jours pour arriver avant les bulldozers. Un défi de taille, puisque Rodeo a juré de ne jamais retourner sur les lieux qui abritent leurs plus précieux souvenirs. Mais le voyage est parfois plus important que la destination…

Mon avis :

Rodeo ne s’appelle pas vraiment Rodeo et Coyote non plus. Ils ont laissé leur vie derrière eux au décès de la mère et des sœurs de Coyote. Coyote fait tout pour que Rodeo se sente bien. Je pense que Rodeo pense faire de même.

Mais rien n’empêche Coyote parfois de se souvenir et de souffrir mais elle sait très bien le cacher. Après l’accident ils ont eu une compensation financière par l’entreprise responsable de l’accident et c’est ce qui leur permet de voyager à travers les États-Unis. Ce qui pourrait être un rêve pour beaucoup de voyageurs ou d’aspirants voyageurs ne l’ait pas forcément pour Coyote. Elle est contente de voyager et d’autant plus d’être avec Rodeo. Mais elle pense plus au confort des autres qu’à elle.

Jusqu’à qu’elle apprenne que le jardin à côté de son ancien chez elle va être détruit.

Ce qui aurait pu être triste mais sans conséquence l’ait plus pour elle. Car quelques jours avant le décès de ses proches. Sa mère, ses sœurs et elle sont allées enterrées une boite à souvenir dans ce parc. Elle décide de manœuvrer pour que son père traverse tout les États-Unis en un temps record pour y arriver. Sans lui dévoiler son but précis vu que le sujet est tabou depuis 5 ans.

Pendant ce voyage ils vont faire des rencontres déterminantes. D’abord Lester qui veut rejoindre sa petite amie. Ensuite Salvador et sa mère qui doivent rejoindre la tante de Salvador pour trouver du boulot ailleurs parce qu’ils disent qu’elle a perdu son boulot. J’oubliais le premier passager qu’ils embarquent c’est Ivan un adorable chaton mutique. Coyote sait que Rodeo n’est pas pour s’attacher à quelqu’un d’autre. Elle essaye de le cacher mais ça ne marche pas bien longtemps. Après une rencontre dès plus difficile pour Rodeo, Ivan l’accepte et il peut rester dans leur bus aménagé. Ensuite à une station service ils rencontrent Val qui cherche à fuir sa famille qui n’accepte pas son homosexualité et elle veut rejoindre sa cousine. Et au fil du périple ils se retrouvent aussi aven la tante de Salvador. Et même une chèvre terriblement attachante. Toutes ses rencontres vont être déterminante pour Coyote et va permettre de nourrir aussi son voyage.

Coyote est une gamine de douze ans qui a une grande philosophie de la vie et au fil du voyage et des rencontres son voyage va être bine plus qu’un simple voyage mais elle va aussi pouvoir se retrouver.

Ce livre parfois poignant ne vous laissera pas indifférent. Coyote malgré les épreuves qu’elle a subi n’est pas un fille qui se laisse aller et qui a un gros cœur qu’il est bon de connaître et de découvrir.

Je vous invite à lire l’histoire du voyage de Coyote et Rodeo Sunrise.

Bonne lecture !

Le vallon du sommeil sans fin

Le vallon du sommeil sans fin d’Eric Senabre chez Didier Jeunesse, 2018

Résumé de l’éditeur :

Le détective des rêves Banerjee et son fidèle assistant Christopher doivent résoudre une bien étrange énigme : plusieurs clients d’une résidence thermale sont plongés depuis quelques jours dans un sommeil aux rêves agités, dont personne n’arrive à les réveiller. Plus inquiétant encore, des témoins affirment que les victimes ont été attaquées par une Ombre qui semble tout droit sortie des Enfers…
Les enquêteurs ne sont pas au bout
de leur cauchemar !

Mon avis :

Après avoir enquêté sur un cambrioleur nocturne, Banerjee doit résoudre une enquête beaucoup plus coriace. Si vous ne connaissez pas Banerjee et son fidèle assistant Christopher je vous conseille la lecture de Le dernier songe de Lord Scriven. Où vous assisterez à leur rencontre et à leur première grande enquête. Je vous rappelle à toute fin utile que Banerjee doit s’endormir pour résoudre ses enquêtes. Un sommeil qui ressemble à une séance d’hypnose. En effet Banerjee peut parler pendant son sommeil et raconter son rêve. Christopher est chargé de l’endormir et de le réveiller. Il doit absolument le réveiller à une certaine heure sous peine que Banerjee ne se réveille jamais.

Dans cette histoire Banerjee, Christopher et sa fiancée Lenora se rendent dans une résidence thermale où des résidents ont un sommeil sans réveil, un sommeil agité. Banerjee est chargé par le propriétaire de découvrir comment et pourquoi ils ont cet étrange sommeil. Petit à petit il va devoir découvrir le lien entre toutes ces personnes dont leur proches disent qu’ils ne se connaissent pas. De plus quand ces personnes ont commencé à « someiller » Elles ont été attaqué par une « ombre ». Banerjee devra découvrir ce que c’est que cette ombre.

Banerjee va devoir repousser ses limites en s’endormant plusieurs fois par jour de cet étrange sommeil qui l’épuise. C’est un livre passionnant. Une aventure un peu fantastique mais beaucoup plus dans le réel tout de même. Pour rappel ça se passe à la fin du 19è siècle ou du début du vingtième.

Cette aventure dense, très bien écrite vous transportera en Angleterre. Vous enquêterez en même temps que Banerjee et Christopher qui aura bien sûr sa part. Même Lenora enquêtera et aidera à leur côté.

Bonne lecture !

Filles des oiseaux, t.1 : N’oubliez jamais que le seigneur vous regarde !

Filles des oiseaux, t.1 : N’oubliez jamais que le seigneur vous regarde ! de Florence Cestac chez Dargaud, 2016

Résumé de l’éditeur :

Honfleur, au pensionnat des Oiseaux, un établissement pour jeunes filles tenu par des sœurs chanoinesses de saint Augustin, dans les années soixante. Marie-Colombe et Thérèse ont 13 ans. L’une vient d’une famille très aisée vivant à Neuilly ; l’autre, d’une famille du coin, dans laquelle on est paysans depuis des générations. Les deux jeunes filles deviennent inséparables et font les 400 coups dans le vénérable pensionnat. Une amitié à toute épreuve dans la France des sixties.

Mon avis

Pas facile de se retrouver dans une pension catholique avec des bonnes sœurs, c’est ce que va découvrir à ses dépends Thérèse qui pourtant a voulu y rentrer. Pour fuir un père violent, une mère qui souffre en silence et les terribles bagarres entre le fils et le père. Et puis le travail à la ferme aussi ce n’est pas joyeux. Mais voilà se retrouver dans un dortoir glacial avec pleins de lits et à faire la prière à longueur de journée ce n’est pas évident pour une fille de la campagne. En plus elle a ses règles et les premières fois ce n’est pas évident et se dire qu’on va devoir se taper la douleur et arriver à juguler le flux au moins une semaine par mois, pour une jeune fille de 13 ans c’est pas top. Mais tout va changer quand Thérèse va faire la rencontre de Marie-Colombe. Marie-Colombe c’est tout le contraire de Thérèse. Elle est issue d’une famille aisée vivant à Neuilly. Elle est ici parce que c’est une forte tête et ses parents l’ont envoyé dans le pensionnat pour la discipliner. Pas sûre que ça marche. Contre toute attente les deux filles vont se trouver et s’adorer. Mais pas facile de devoir supporter la discipline de ce pensionnat. Surtout quand Marie-Colombe rencontre le frère de Thérèse est un flirt (poussé) nait entre les deux jeunes gens.

Dans cette bande-dessinée on nous raconte comment on vit les années soixante avant la liberté que mai 68 va apporter. Déjà le premier tome est assez subversif (pour l’époque) autant le deuxième tome devrait nous apporter encore de joyeux moments de rigolades même avec les bonnes sœurs. Et puis retrouver le style inimitable et sympathique de Florence Cestac c’est indémodable. Lisez toutes ces BD vous allez adorer !

Bonne lecture !