La cantine de minuit

La cantine de minuit de Yarô Abe chez le Le Lezard Noir, 2020.

Résumé du livre :

Dans ce petit restaurant situé au fond d’une ruelle du quartier de Shinjuku, le patron vous accueille de minuit à sept heures du matin. La carte ne propose que du tonjiru, soupe de miso au porc, ainsi que du saké, mais selon vos envies, on vous préparera à la demande tout ce qu’on est en mesure de vous servir.

Mon avis :

Cette cantine de minuit va vous enchanter. Attention ne vous méprenez pas. C’est un manga mais qui dit manga ne dit pas l’âge du lecteur. Ce n’est pas un manga pour les enfants. D’ailleurs c’est un restaurant qui est ouvert la nuit donc par extension on ne rencontre pas beaucoup d’enfants parmi la clientèle du restaurant. je préfère faire cette aparté si pour vous manga rime avec BD de peu de valeur ou pour nos jeunes lecteurs qui ne savent lire que ça.

Les mangas sont tellement diversifiés au Japon. Au Japon littéralement tout le monde lit les mangas. Pour que tout le monde en mit vous pensez bien qu’il y en a pour tout les goûts alors de grâce ne réduisez pas ce genre de la bande dessinée.

Bon revenons au sujet de ce manga. Nous suivons les nuits qui se suivent mais qui ne se ressemblent pas du petit restaurant à Tokyo si je ne me trompe pas. Et à chaque plat demandé par un client amène un peu de sa vie. C’est un BD très douce. Même si les personnages sont haut en couleur parfois ils sont tous attachants. Enfin cette BD vous transportera dans la nuit au Japon où tout le monde se côtoie si on a une fringale la nuit. A chaque chapitre , un plat et un client en rapport avec ce lat vous fera rentrer un peu plus dans la vie de cette personne. Pour l’instant il y a 9 tomes à cette BD et je suis contente de me dire que je vais pouvoir encore écouter la vie des clients de ce restaurant encore longtemps.

Bonne lecture !

Les enquêtes de Lady Rose

Couverture du tome 1 des enquêtes de Lady Rose.

Les enquêtes de Lady Rose, t.1 : Meurtre et séduction de M.C. Beaton chez Albin Michel, 2021.

Résumé du livre :

Belle et rebelle, telle est Lady Rose. Après s’être compromise avec les suffragettes, au grand désespoir de ses parents, la jeune fille de bonne famille fait une entrée désastreuse dans la haute société londonienne… Ce qui ne dissuade pas un Sir aux allures distinguées de lui faire les yeux doux. Très louche, selon le père de Lady Rose, qui charge le capitaine Harry Cathcart, aristocrate désargenté, d’en savoir plus sur le prétendant… En démasquant un imposteur, Harry se découvre des talents de détective privé. Et une petite fortune à se faire ! Lorsqu’au beau milieu d’une réception, un meurtre est commis, il propose à Lady Rose de faire équipe avec lui. L’occasion idéale pour l’indocile jeune femme d’échapper à la chasse au mari…

Mon avis :

Je ne sais pas l’autrice d’Agatha Raisin était marié mais elle adore créer des relations matrimoniales à ses personnages. Agatha Raisin cherchais à se mettre avec son voisin. Là nous avons Lady Rose qui fait son entrée dans le monde. Et donc son destin c’est de se marier. Une activité salariale serait choquant pour elle comme pour son mari. En gros il faut avoir des terres et les exploiter tout en exploitant également les gens qui habitent sur la dite terre. Un destin qui ne réjouit pas du tout Lady Rose. Elle a pris fait et causes pour les suffragettes. Elle a même défilée avec eux ce qui pour l’aristocratie anglaise ne se fait pas. Donc elle commence bien mal son arrivée dans le monde. Elle oublie le monde des suffragettes quand elle s’amourache d’un jeune homme qui a l’air respectable. Le père se demande si ce prétendant est sérieux. Pour cela il fait appel au capitaine Harry Cathcart. Celui-ci a l’outrecuidance de lui demander de l’argent pour son enquête. Le père de Lady Rose se résout à payer. Il apprend par Cathcart que le jeune homme n’avait que dans l’idée de déshonorer sa fille. Quand Lady Rose l’apprend elle compte humilier en public le jeune homme. Sauf que ça lui retombe dessus. Dans ce milieu, il ne faut pas être instruite, chercher un mari et ne pas faire d’esclandre. Tout ce que Lady Rose fait de travers. Elle en veut beaucoup au capitaine Cathcart de lui avoir ouvert les yeux sur son prétendant. Quand au capitaine il trouve Lady Rose complètement inadapté pour une Lady.

Le capitaine qui était un peu à court d’argent se retrouve avec pas mal d’affaire grâce à sa notoriété qui grandit dans l’aristocratie. Ces deux protagonistes auraient pu se perdre de vue mais c’est sans compter un empoisonnement à l’arsenic d’une des participantes à une réunion mondaine où le capitaine et notre jeune femme s’y trouve aussi. Elle s’impose alors dans l’enquête d’Harry.

À côté de ces deux personnages nous avons aussi une ancienne aspirante actrice qui devient femme de chambre de Lady Rose et un ancien soldat qui a été engagé par le capitaine pour qu’il soit son majordome.

Tout ce petit monde va devoir enquêter pour pas que l’affaire soit étouffée.

C’est un livre réjouissant qui m’a beaucoup plus plu qu’Agatha Raisin. On s’attache à Lady Rose qui a soif de liberté mais n’en a pas et d’Harry Cathcart qui a du mal à se remettre de la guerre et qui apparaît bien taciturne à ses pairs.

Bonne lecture !

Les sept morts d’Evelyn Hardcastle

La couverture du livre les sept morts d’Evelyn Hardcastle

Les sept morts d’Evelyn Hardcastle de Stuart Turton aux éditions 10/18,2020.

Résumé du livre :

Prêt pour un plaisir de lecture comme vous n’en avez pas connu depuis longtemps ? Mixez Agatha Christie, Downton Abbey et Un jour sans fin… Voici le roman le plus divertissant de l’année !

Ce soir à 23 heures, Evelyn Hardcastle va être assassinée. Qui, dans cette luxueuse demeure anglaise, a intérêt à la tuer ? Aiden Bishop a quelques heures pour trouver l’identité de l’assassin et empêcher le meurtre. Tant qu’il n’est pas parvenu à ses fins, il est condamné à revivre sans cesse la même journée. Celle de la mort d’Evelyn Hardcastle.
Chef d’œuvre de construction, de références littéraires et d’habileté technique, Aiden croisera lapin blanc et personnage masqué pour tenter de percer le mystère de ce meurtre aux mille tiroirs !

Mon avis :

Qui veut tuer Evelyn Hardcastle ? C’est ce que devra découvrir Aiden Bishop. Mais au début Aiden n’en sait strictement rien. Il ne sait qui il est ni ce qu’il est bien venu faire dans cette galère. Tout ce qu’il lui vient à l’esprit c’est un prénom Anna. Il va faire en sorte de protéger Anna, de la trouver et de sortir de cet endroit en sa compagnie. Sauf qu’on lui dit que c’est impossible. Seul un des participants peut partir de cet endroit. Et tous les jours Aiden Bishop se réveillera dans le corps de quelqu’un d’autre. Il devra faire avec. Même si la personnes est impotente, très âgée ou accro aux drogues. Il devra faire également avec les souvenirs des hôtes, de leur amitié ou inimitié et j’e. Passe. Certains seront plus intelligents que d’autre. Tout ce qu’il apprend c’est que dès qu’il s’endort il se réveille dans le corps d’un autre. Lui a un avantage sur d’autre il se souvient de ce qu’il a fait dans les autres corps. Il aura 7 mème jours pour résoudre le crime et ce n’est pas une mince affaire. Surtout qu’à première vue elle s’est suicidée. Cette affaire en appelle une autre la mort du petit frère d’Evelyn quelques années avant. Mais quel est le lien ? Est-ce que celui qui a été accusé pour le meurtre et exécuté était le bon.

Vous mélangez un bon Agatha Christie avec du fantastique et vous obtenez ce savant roman qui vous tiendra en haleine malgré la longueur du livre.

Bonne lecture !

Les folles enquêtes de Magritte et Georgette , t.1 : Nom d’une pipe !

Première de couverture du tome 1 des folles aventures de Magritte et Georgette

Les folles enquêtes de Magritte et Georgette, tome 1 : Nom d’une pipe ! de Nadine Monfils chez Robert Laffont dans la collection La Bête noire.

Résumé du livre :

La nouvelle pépite du cosy mystery dénichée par La Bête noire : Les Folles enquêtes de Magritte et Georgette !
Une série d’enquêtes inédites menées par le peintre René Magritte et sa femme, Georgette.

C’était au temps où Bruxelles bruxellait…
À l’arrêt du tram, le célèbre peintre René Magritte, chapeau boule, costume sombre et pipe au bec, a une vision étrange : une jeune femme en robe fleurie, debout à côté de son corps ! Il en parle à Georgette, son épouse, et immortalise la scène dans un tableau. Quelques jours plus tard, cette femme est retrouvée assassinée, avec une lettre d’amour parfumée dans son sac et un bouquet de lilas sous sa robe.

« J’ai beaucoup d’admiration pour l’ensemble de l’œuvre de Nadine Monfils. Elle est complètement déjantée et j’aime les gens qui ont un grain de folie. » Michel Bussi

Mon avis :

Magritte et sa femme qui joue aux détectives, ça c’est pas bête. Après Elizabeth II qui enquête. On continue avec des personnes qui ont vraiment existé.

À l’arrêt d’un tram, Magritte voit une femme avec une robe fleurie et son corps à côté d’elle.

Dans ce livre nous avons beaucoup d’idée de Magritte tout comme celle de Jacques Brel. L’autrice s’est appuyée sur les témoignages des deux artistes. Elle a même pu rencontrer sa femme. C’est plein d’humour. Par exemple la femme de ménage de Magritte est plutôt une vérificatrice des travaux finies. En effet la femme de Magritte fait le ménage et la femme de ménage vérifie son travail. Mais pour Georgette (le femme de Magritte) c’est plus pour parler des ragots des autres familles. On en apprend plus aussi sur Magritte notamment le suicide de sa mère et le remariage de son père peu de temps après. Je ne sais pas si c’est vrai mais il peignait dans son salon. Il ne voulait pas d’un atelier.

En tout cas ce livre est le premier tome d’une série qui m’a beaucoup plu. On a de l’humour, un peu de cosy crime, des personnes célèbres, et Bruxelles qu’on voudrait visiter.