24 heures sans jeu vidéo de Sophie Rigal-Goulard

24 heures sans jeu vidéo de Sophie Rigal-Goulard chez Rageot, 2018

Résumé de l’éditeur :

Terence passe des heures à jouer à Dark City Game pour éliminer le dangereux Moon avant tous ses copains. Ce qu’il n’a pas prévu, c’est que ce jeu l’entraîne loin, très loin…
Quand Terence apparaît de l’autre côté de l’écran, entouré d’ennemis, Blanche sa jeune sœur n’en croit pas ses yeux. Que faire pour le sauver  ?

Mon avis :

Au début j’ai été dérouté par le point de vue choisi pour écrire 24 heures sans jeu vidéo. En effet, Terence, fan de jeu vidéo, et plus particulièrement du jeu Dark City Game, se retrouve dans le jeu dont il est un joueur assidu, au grand désespoir de sa sœur Blanche et de leurs parents. Je dois dire que ça m’a paru un tantinet angoissant et depuis un certain temps j’ai arrêté les livres flippant. Mais l’auteure sait nous faire peur sans que ce soit vraiment trop stressant. Vous allez accompagner Terence dans sa découverte du jeu, tout en suivant Blanche qui essayera de l’aider à sortir de la partie et retrouver le monde réel. Je ne peux pas vous en dire trop mais ce sera aussi un moment qui permettra de se rendre compte que les joueurs en réseau savent s’entraider, que la famille et les amis peuvent être de bons alliés.

Je trouve que c’est sympa de se dire que contrairement à ce qu’on croit c’est toujours avec les proches qu’on parle le plus, y compris sur les réseaux sociaux et autres jeux en ligne.

Je ne sais pas si je vous ai donné envie de lire ce livre. Mais il est vraiment bien. Et comme souvent l’auteure nous donne envie de lire la suite. Sans vous spoiler, à la fin Terence fait quelque chose qui me laisse un peu sur ma faim, et qui me crie « la suite ! ». Donc, comme je l’avait écrit pour 15 jours sans réseau, s’il-vous-plaît écrivez une suite.

Bonne lecture !

La singulière aventure de Pénélope Vermillon de Valija Zinck chez Rageot

La singulière aventure de Pénélope Vermillon de Valija Zinck chez Rageot, 2018

Résumé de l’éditeur trouvé chez Ricochet :

Pénélope a les cheveux gris et une odeur de feu. Cela a beau être étrange, la petite fille ne s’en est jamais vraiment souciée. La seule chose qui attise un peu sa curiosité, c’est que chaque été, le jour de son anniversaire, il pleut et que, ce jour-là, la pluie ne mouille pas. Mais quand Pénélope découvre par hasard qu’elle a en fait les cheveux roux et des pouvoirs un peu bizarres, tous les petits mystères de sa vie se transforment en un océan d’énigmes. Par où commencer ? Comment comprendre qui elle est vraiment et d’où lui viennent ses pouvoirs, à la fois si étranges et si naturels ?

 

Mon avis :

Comme le titre vous l’indique, l’héroïne de ce roman est Pénélope Vermillon, une petite fille aux cheveux gris et qui a perdu son père alors qu’elle était tout bébé. Enfin, c’est ce qu’elle croit au début de son roman. En fait, elle découvre, suite à l’absence de sa mère qui a eu un accident, qu’elle a les cheveux d’un roux flamboyant, et que son père aurait abandonné femme et enfant quant elle était toute bébé.

Pas sympa, me direz-vous. Pénélope est d’accord avec vous. Et quand elle découvre que ledit papa envoie une lettre régulièrement avec une somme dérisoire pour son éducation, elle décide de dire ce qu’elle pense de ce père qui l’a laissée tomber.

En même temps, débarrassée des ses cheveux gris, elle découvre qu’elle peut léviter un peu, et parler à la route. Elle comprend que ses pouvoirs lui viennent de son père. Un père qui, en partant, a laissé toutes ses affaires, que sa mère a jeté après son départ. Mais sa grand-mère, qui habite avec elles, a réussi a garder un livre qu’elle n’arrive pas à déchiffrer. Sa grand-mère décide de lui donner, parce qu’elle a compris que Pénélope pouvait être comme son ex-gendre et arriver, elle, à le déchiffrer.

Pénélope s’y efforcera tout en essayant de maitriser son don de voler, en allant à l’école, et en s’amusant avec ses amis Tom et Pitt. Elle fera la connaissance d’une fille avec des dons comme elle, Gina. Sans oublier la recherche de son père pour lui dire ses quatre vérités.

Un roman donc bien rempli qui vous régalera. C’est un bon livre où l’on prend plaisir à suivre Pénélope dans son cheminement. Rien n’est trop pesant ni trop triste. Et bien sûr tout se termine bien à la fin (que je ne vous raconterai pas ça va de soit).

Bonne lecture !

Miss Seeton, t.2 : Miss Seeton persiste et signe de Heron Carvic

Miss Seeton, t.2 : Miss Seeton persiste et signe de Heron Carvic aux éditions 10/18 Grands détectives

Résumé de Babelio :

Mais qui est donc cette Miss Seeton ? « L’expression même de la joie de lire » pour le Plain Dealer de Cleveland, « une enquêtrice hors pair », pour le New-York Times ; « la nouvelle star du roman policier » pour le Detroit News. Voilà quelques-uns des cris de plaisir qui ont salué la naissance de cette nouvelle reine du crime aux États-Unis. Les lecteurs français vont découvrir à leur tour que Miss Marple, Miss Silver et quelques autres peuvent se faire du souci : une rivale de choc est arrivée ! En garde Miss Seeton !

 

Mon avis :

Vous voulez rire aux éclats ? Lisez Miss Seeton. Dans celui-ci, l’ « oracle » est bien ennuyé : on tue des enfants. Qui ose s’attaquer à des enfants ? Il a tout essayé. Rien à faire, le meurtrier n’est pas appréhendé. Il se demande si Miss Seeton, avec sa manie des dessins, ne pourrait pas lui faire une petite esquisse du dernier cadavre. Vous trouvez ça bien glauque ? Et bah ça ne l’est pas.

Miss Seeton est une dame d’un certain âge proche de la retraite qui enseigne le dessin à des enfants et en cours du soir. Elle croit qu’elle n’a aucun talent de dessinatrice. C’est vrai que quand elle dessine ce qu’elle voit est assez terne et sans intérêt, mais, quand elle laisse courir son imagination, alors là c’est étonnant de réalisme. Elle arrive à sonder les gens au fond de leur âme, tout ça sans s’en rendre compte. Elle a d’ailleurs souvent honte de ses dessins. L’oracle est le commissaire Delphick. C’est un surnom que ses subordonnés lui ont donné. Il décide donc de faire appel à Miss Seeton pour voir si avec ses esquisses et son don de médium, ils ne trouveraient pas un indice. Et en effet, sans le vouloir, elle trouve un lien entre les meurtres et des cambriolages de bureau de Poste qui se trouvent à proximité. C’est tout à fait étonnant.

Par ailleurs, Miss Seeton a hérité de sa marraine un petit cottage dans la campagne anglaise dans le Kent à Plummergen. Les rumeurs y vont bon train, et depuis l’arrivée de Miss Seeton dans ce village c’est encore pire. En effet elle a le don de s’attirer des ennuis sans le vouloir. Dans le précédent elle a assisté à un meurtre et le meurtrier a tout fait pour la réduire au silence. Dans celui-ci il semblerait que les voleurs et meurtriers soient aussi ici. Heureusement, elle ne sera pas seule. Mais elle n’a besoin de personne si elle a son parapluie. Elle est si maladroite qu’elle déroute des voitures volés et autres joyeusetés.

Lisez les Miss Seeton et vous en sortirez avec le sourire.

Bonne lecture !

PS : le livre n’est plus disponible chez 10/18, il faut se tourner chez un soldeur.

Le bloc-notes de Louise, t.2 : Golden Voice de Charlotte Marin et Marion Michau

Le bloc-notes de Louise, t.2 : Golden Voice de Charlotte Marin et Marion Michau chez Albin Michel Jeunesse, 2015.

Résumé de l’éditeur :

À sa rentrée en seconde au lycée Jacques-Tati à Nice, Louise intègre un groupe pop-rock, les Why Notes, qui aimerait se produire à la fête de la Musique. Nathan, le boyfriend de Louise, vient souvent assister aux répètes et s’amuse à filmer sa copine en train de chanter… À son insu, il envoie sa vidéo au concours de Golden Voice. Louise tombe de très haut (1 m 59) quand la production l’appelle pour passer le casting. Commencent alors les étapes tant redoutées et tant médiatisées de ce télé-crochet. Ses parents la laisseront-ils y participer ? Aura-t-elle un mental assez fort pour résister à cette pression ? Jusqu’où ira-t-elle ? Vous le saurez en lisant… Golden Voice !

Mon avis :

J’ai pris plaisir à lire ce deuxième tome des aventures de Louise. Pour rappel, dans le premier elle rencontrait les Connections, groupe fictif qui fait penser aux One direction. Dans ce nouvel opus, son nouvel amoureux et meilleur ami Nathan envoie à son insu une vidéo d’elle en train de chanter à une émission qui fait très très fortement penser à La Nouvelle Star. Après la stupéfaction d’être prise alors qu’elle n’était pas inscrite, elle refuse d’abord d’y aller. Et puis, petit à petit, l’idée fait son chemin et l’envie grandit. Mais pour ça, il faut convaincre les parents, surtout sa mère. C’est après un évènement douloureux, l’enterrement de sa grand-mère paternelle, où elle a chanté magistralement une chanson en mémoire de sa grand-mère, que sa mère accepte de signer l’autorisation parentale. Elle n’a que 14 ans, bientôt 15. Et là, comme le dit le résumé, s’en suit les différentes étapes tant redoutées.

Dans cet opus nous retrouvons sa best-de-chez-best Candice, et bien sûr Nathan et ses parents. Elle est d’ailleurs en conflit avec sa mère au début du roman. Sa sœur est peu présente parce qu’elle poursuit ses études à Londres, au grand plaisir de Louise qui peut profiter de sa chambre. Candice est depuis cette été avec un nouvel amoureux qu’elle a rencontré en vacances et qui habite tout près de chez elle. Manque de bol, il ne plaît pas du tout à Louise. Nathan a réussi à s’inscrire en sport-études en équitation et est donc moins présent. Elle se trouve aussi seule dans sa nouvelle classe : aucune de ses amies se retrouvent dans la même classe. Inutile de dire qu’elle fait la tête.

Nous faisons connaissance avec Denis, la très égoïste et très carriériste Marie-K, la mystérieuse Oriane, Ska, Zohra et le très beau Shen, de Sam et du gentil Pierre, ainsi que les autres candidats de Golden Voice.

 

Pourquoi j’aime ce livre et cette série :

Parce que l’héroïne est pétillante. Elle sait ce qu’elle veut. Elle garde la tête sur les épaules. Elle n’oublie pas ses ami(e)s ni sa famille. En plus comme c’est la narratrice, elle utilise son propre vocabulaire pour nous raconter son histoire et c’est très amusant. Nous voyons aussi bien son quotidien au lycée que pendant le concours de chant.

La lire c’est l’adopter donc je n’ai qu’un conseil à vous donner :

Bonne lecture !