Les mystères de Dundoodle, t.1 : Le fantôme de la chocolaterie

Les mystères de Dundoodle, t.1 : Le fantôme de la chocolaterie de David O’Connell chez Pocket jeunesse, 2020.

Résumé de l’éditeur :

Mystère et bulles de chewing-gum à la chocolaterie. Archie vient d’hériter de la célèbre usine de confiseries McBudge. À lui les chocolats, les bonbons et surtout les fameux caramels McBudge, savourés dans le monde entier ! Hélas ! Leur recette originale a disparu. Et quelque chose se trame dans l’ombre… Une menace qui risque de lui faire perdre ce fabuleux héritage. Si Archie ne parvient pas à retrouver l’ingrédient secret à temps, l’usine devra fermer. Qui peut bien en vouloir à ce précieux trésor ?

Mon avis :

Vous vous souvenez de Charlie et la chocolaterie ? Vous saliviez devant les merveilleuses friandises qui sortaient de la chocolaterie ? Et bah là ça vous fera pareil. Un conseil : prévoyez de quoi grignoter vos friandises préférées après chaque séance de lecture de ce livre.

Archie vient d’apprendre la mort de son grand oncle. Grand oncle dont il n’avait jamais entendu. Ce grand oncle n’était autre que le propriétaire de la plus célèbres usine de confiserie McBudge. Il lui lègue la fabrique tout comme son manoir et bien sûr tout son argent. Mais dans une lettre qu’il va recevoir il devra se mettre en quête d’un trésor.

En plus du trésor qu’il devra trouver se greffe un problème. L’usine fabrique les plus merveilleux caramels. Mais ces caramels ont un ingrédient secret et seul le grand-oncle d’Archie savait ce qu’était cet ingrédient secret. Le directeur de l’usine presse Archie et sa mère de retrouver cet ingrédient dans les papiers du grand-oncle.

Archie se trouve tiraillé entre son envie de chasse eu trésor et sa quête de l’ingrédient secret. Pour cela il sera aidé de Fliss une jeune fille qui adore inventer et réparer ainsi que de Billy un camarade de Fliss passionné de paranormal et même de Sherbet le chien du défunt.

Prenez un bon chocolat chaud un petit bol de friandises pour après et plongez vous dans cette lecture qui vous fera rentrer dans un monde peuplé de caramel, de bonbons et autres chocolats.

Bonne lecture !

PS : à l’heure où j’écris ces lignes le livre sortira sûrement en plein confinement. Vous attendrez sûrement avant de l’acheter chez votre libraire préféré. Gardez le moral ! et n’oubliez pas de lire ça fait voyager et se promener autrement.

Contes et récits du Paris des merveilles

Contes et récits du Paris des merveilles de Pierre Pevel et al. chez Bragelonne, 2019

Résumé de l’éditeur :

« Bienvenue dans le Paris des Merveilles, un Paris qui n’est ni tout à fait le nôtre, ni tout à fait un autre… et qui, désormais, n’appartient plus seulement à votre serviteur.

Dans ce recueil, vous découvrirez six nouvelles situées dans le monde du Paris des Merveilles. Je suis l’auteur de deux d’entre elles, les quatre autres étant l’œuvre de jeunes plumes – parfois débutantes mais toujours talentueuses – qui se sont approprié l’univers d’Isabel, Griffont et Azincourt pour, je l’espère, votre plus grand plaisir… »

Pierre Pevel

Mon avis :

Si vous avez aimé la trilogie le Paris des merveilles je vous conseille de vous replongez dans ce Paris de la Belle Époque avec fée, dragons…

Les nouvelles pour beaucoup non écrites par l’auteur d’origine vous replonge dans l’atmosphère de ce Paris qui est pas tout à fait le nôtre mais qu’on voudrait bien connaitre. Un Paris où malgré l’époque où la femme est cantonnée à tenir son intérieur et élever sa nombreuses marmaille, on retrouve ici des femmes fortes et indépendantes. Nous y retrouverons avec plaisir, Isabel, Griffont mais aussi une jeune femme forte qui aspire à un peu de liberté, des chats ailés (félins ou métal mais toujours avec de la vie), un savant fou (de sa fille), le détective Tiflaux, des trolls de Ponts… et j’en passe.

Pour ma part j’ai aimé me replonger dans ce Paris qui m’a fasciné et les auteurs ont réussi à prendre l’œuvre de Pevel pour le mettre à leurs pattes avec Merveilles c’est le cas de le dire.

La trilogie Morgenstern d’Hervé Jubert

La Trilogie Morgenstern d’Hervé Jubert chez Bragelonne, 2018

Résumé de l’éditeur :

Dans une ville-décors à l’image de Londres au xixe siècle, une jeune femme est assassinée. Roberta Morgenstern, sorcière spécialisée dans les enquêtes criminelles et son assistant, Clément Martineau, vont remonter le temps pour trouver le meurtrier. La traque des suspects les entraîne en un tourbillon d’époques et de lieux, du Paris médiéval au Mexique des Aztèques. Tous les indices convergent vers le machiavélique comte Palladio, qui a ressuscité un quadrille de grands criminels pour renégocier avec le Diable son pacte d’immortalité…

« Une danse diabolique qui confirme l’exceptionnel talent de son créateur. »

Mon avis :

J’avais envie de lire de la fantasy et ce livre était dans mes livres à lire depuis bien longtemps.

Il m’a beaucoup plu. Bon c’est vrai que je vous le dis souvent. Quand je me suis mis à le lire je ne l’ai plus lâché. Nous rencontrons Roberta Morgenstern une sorcière qui exerce des fonctions d’enquêteuse criminelles. Même si le crime n’est plus qu’un simple souvenir parce qu’il y a des traceurs qui traquent tout délit. Mais dans ce monde qui par certains côtés seraient dans notre début vingtième et parfois non un homme a fait construire des villes où les traceurs n’ont pas droit de citer. Dans un Londres de l’époque Victorienne une femme est tuée. Morgenstern sera chargée d’enquêter en compagnie d’un jeune enquêteur fraichement intégré Clément Martineau. On pense sérieusement au début que c’est un parvenu parce que c’est un fils d’un notable. Mais il va prendre de l’envergure dans les trois tomes. Oui parce que ce gros livre reprend les trois tomes d’où son titre d’ailleurs. Mais ne nous trompons pas et l’héroïne de ces romans est bien Roberta Morgenstern.

C’est une histoire qui peut difficilement correspondre à une époque. Un exemple ils ont des voiture à manivelle mais ils connaissent l’ADN et Roberta a l’air fan des Beatles.

C’est parfois un peu déroutant. Mais on s’y fait et c’est une histoire dense mais que vous ne voulez pas lacher avant le dénouement final.

Bonne lecture !

Le Paris des merveilles de Pierre Pevel

Le Paris des merveilles de Pierre Pevel, chez Bragelonne, 2015

Résumé du livre :

Paris, début du xxe siècle.

Les messieurs ont de fières moustaches, des chapeaux melons ; les dames portent des corsets, des jupons, des bottines à boutons. Déjà, de rutilants tacots pétaradent parmi les fiacres le long des Grands Boulevards aux immeubles haussmanniens. Mais ce n’est pas le Paris de la Belle Époque tel que nous l’entendons : la tour Eiffel est en bois blanc, les sirènes ont investi la Seine, les farfadets, le bois de Vincennes, des chats-ailés discutent philosophie et une ligne de métro permet de rejoindre le pays des fées.

Bienvenue dans le Paris des Merveilles.

Occupé à enquêter sur un trafic d’objets enchantés, Louis Denizart Hippolyte Griffont, mage du Cercle Cyan, se retrouve mêlé à une série de meurtres. Confronté à des gargouilles immortelles et à un puissant sorcier, Griffont n’a d’autre choix que de s’associer à Isabel de Saint-Gil, une fée renégate que le mage ne connaît que trop bien…

Cette édition collector est superbement illustrée par Xavier Collette.

Mon avis :

Ce livre est un intégrale d’une série en trois tomes.

J’ai dévoré ce livre. Les deux protagonistes de ce livre vont vous plaire. Louis est un mage. Il a un lien avec Isabel de Saint-Gil mais au début on ne sait pas lequel. Isabel Saint-Gil est une aristocrate et voleuse. Une sorte d’Arsène Lupin féminine. Mais c’est aussi une fée renégate.

En effet, ce Paris de la Belle Époque est rempli de magie. Il y a des années de ça les Hommes ont appris l’existence des fées. Maintenant on voit le palais des fées à Paris. Les mages sont chargés par certains de résoudre des affaires qui ont lien avec la magie.

On y voit aussi des personnages qui ont vraiment existé tout comme des êtres tout à fait inexistant.

Ce qui est bien avec l’uchronie c’est qu’on a une vision différente des temps anciens.c’est souvent le début du 20ième siècle ou l’époque Victorienne. c’est souvent très sympa à lire. Celui-ci en fait partie.

Bonne lecture !