La trilogie Morgenstern d’Hervé Jubert

La Trilogie Morgenstern d’Hervé Jubert chez Bragelonne, 2018

Résumé de l’éditeur :

Dans une ville-décors à l’image de Londres au xixe siècle, une jeune femme est assassinée. Roberta Morgenstern, sorcière spécialisée dans les enquêtes criminelles et son assistant, Clément Martineau, vont remonter le temps pour trouver le meurtrier. La traque des suspects les entraîne en un tourbillon d’époques et de lieux, du Paris médiéval au Mexique des Aztèques. Tous les indices convergent vers le machiavélique comte Palladio, qui a ressuscité un quadrille de grands criminels pour renégocier avec le Diable son pacte d’immortalité…

« Une danse diabolique qui confirme l’exceptionnel talent de son créateur. »

Mon avis :

J’avais envie de lire de la fantasy et ce livre était dans mes livres à lire depuis bien longtemps.

Il m’a beaucoup plu. Bon c’est vrai que je vous le dis souvent. Quand je me suis mis à le lire je ne l’ai plus lâché. Nous rencontrons Roberta Morgenstern une sorcière qui exerce des fonctions d’enquêteuse criminelles. Même si le crime n’est plus qu’un simple souvenir parce qu’il y a des traceurs qui traquent tout délit. Mais dans ce monde qui par certains côtés seraient dans notre début vingtième et parfois non un homme a fait construire des villes où les traceurs n’ont pas droit de citer. Dans un Londres de l’époque Victorienne une femme est tuée. Morgenstern sera chargée d’enquêter en compagnie d’un jeune enquêteur fraichement intégré Clément Martineau. On pense sérieusement au début que c’est un parvenu parce que c’est un fils d’un notable. Mais il va prendre de l’envergure dans les trois tomes. Oui parce que ce gros livre reprend les trois tomes d’où son titre d’ailleurs. Mais ne nous trompons pas et l’héroïne de ces romans est bien Roberta Morgenstern.

C’est une histoire qui peut difficilement correspondre à une époque. Un exemple ils ont des voiture à manivelle mais ils connaissent l’ADN et Roberta a l’air fan des Beatles.

C’est parfois un peu déroutant. Mais on s’y fait et c’est une histoire dense mais que vous ne voulez pas lacher avant le dénouement final.

Bonne lecture !

Cupcake Girls, t. 15 : Même pas peur

Cupcake Girls, t. 15 : Même pas peur de Coco Simon

Résumé de l’éditeur :

Une bonne dose d’amitié, deux cuillerées d’humour, une pincée de problèmes, des gâteaux délicieux en pagaille et vous obtiendrez Cupcake Girls, une série à croquer !

Pauvre Emma ! Son petit frère Jake doit se faire opérer des amygdales, et il est tellement effrayé qu’il lui rend la vie impossible. Il insiste même pour qu’Emma l’accompagne le jour de l’opération. Problème : Emma a horreur des hôpitaux ! Parviendra-t-elle à surmonter sa peur pour aider son petit frère ?

Mon avis :

Oui je sais cette série est très girly. Je vous l’accorde. Mais elle me fait fondre. Je l’aime beaucoup. Ces quatre filles sont diablement attachantes toutes à leurs manières. Je vous rappelle que chaque tome est consacré à une des filles en particulier.

Dans ce tome, nous retrouvons Emma qui a fort à faire à devoir supporter ses frères. Là le tout petit Jake est insupportable et ça ne fait qu’empirer quand il apprend qu’il doit se faire opérer des amygdales. On y apprends aussi qu’Emma a la phobie des hôpitaux et surtout du sang. Le souci c’est qu’elle va devoir accompagner son frère mais aussi faire un casting pour une pub dans cet hôpital. Elle va devoir se faire aider.

Ce court volume qui se termine toujours bien va vous faire découvrir que la phobie des hôpitaux peut être bien handicapant tout en étudiant un peu plus les relations frère sœur.

Bonne lecture !

Gokusen de Kozueko Morimoto

Gokusen de Kozueko Morimoto chez Kazé, 2014 (Kazé Seinen)

Résumé de l’éditeur :

Kumiko Yamaguchi est la quatrième héritière de l’effrayant clan de yakuzas “Kuroda”. Mais contre toute attente, elle a choisi d’exercer le métier de prof ! Qui plus est, elle se retrouve affectée dans le fameusement malfamé lycée Shirokin. Une comédie hilarante autour de la rencontre improbable entre le monde mafieux et enseignant !
Entre des lycéens délinquants et un professeur qui tente, tant bien que mal, à garder sous contrôle son tempérament de yakuza, réparez-vous à découvrir une série bourrée d’humour… de coups de pression bien sentis !
En piste pour une année scolaire d’enfer avec la Great Teacher Kumiko en personne !

Mon avis :

Attention manga hilarant mais aussi attachant. Difficile pour Kumiko Yamaguchi d’allier héritière d’un clan de Yakuzas et son métier d’enseignante. En plus elle ne choisit pas la facilité. Elle doit enseigner dans un lycée ou tous les élèves ou presque sont des cancres doublés de trouble fête.

En même temps elle doit assurer la présidence de son clan en l’absence temporaire de son grand-père.

Tout ce qu’elle craint c’est que les élèves ou les professeurs découvrent ses liens avec des membres de la mafia locale. C’est pour ça que quand elle doit défendre ses élèves elle essaye de le faire sans témoin. Même si le beau gosse de sa classe et premier élève de surcroit se doute de quelque chose.

La série peut vous faire penser à GTO. Et en effet Kumiko est aussi attachante qu’Onizuka. Ce qui s’en éloigne c’est qu’elle ne rentre pas professeure dans un lycée pour regarder sous les jupes des filles. Bon je vous rassure il y a quand même un gentil pervers avec la présence du vieux proviseur libidineux et exhibitionniste.

Ce manga vous fera rire tout en vous inculquant des valeurs de respect de la famille, des enseignants et des élèves.

Ce que j’aime beaucoup dans les mangas c’est que même avec beaucoup d’humour ou parfois une grande violence (je pense à Ki-itchi que je vous invite aussi à lire) il y a souvent des bonnes valeurs qui en ressortent. La société japonaise a peut-être parfois ses défaut mais elle reste unie. On est un tout. Pas mal de valeur de tolérance et de respect y sont véhiculés.

La manga est souvent dévalorisé mais c’est un tort. Toute la bande-dessinée fait partie de la culture. Elle devrait être plus valorisée dans sa diversité. De plus le manga permet d’en connaître plus sur la société au Japon.

À signaler qu’il a fait partie de la sélection des Mordus du manga de l’année 2015 dans la catégorie 13 ans et plus. C’est un prix du manga organisé par les bibliothèque de Paris. Les bibliothécaires de Paris ont vraiment bon goût.

Je vous invite donc à lire ce manga et bien d’autre encore.

Bonne lecture !

Les sœurs Mitford enquêtent, t.1 : L’assassin du train de Jessica Fellowes

On y voit une femme de profil assise et plus loin une femme debout avec des fenêtres en arrière plan.

Les Sœurs Mitford, t.1 : L’assassin du train de Jessica Fellowes chez les édititions de Masque, 2018

Résumé de l’éditeur :

Louisa Cannon rêve d’échapper à sa vie misérable à Londres, mais surtout à son oncle, un homme dangereux. Par miracle, on lui propose un emploi de domestique au service de la famille Mitford qui vit à Asthall Manor, dans la campagne de l’Oxfordshire. Là, elle devient bonne d’enfants, chaperon et confidente des soeurs Mitford, en particulier de Nancy, l’aînée, une jeune fille pétillante à l’esprit romanesque. Mais voilà qu’un crime odieux est commis : une infirmière, Florence Nightingale Shore, est assassinée en plein jour à bord d’un train. Louisa et Nancy se retrouvent bientôt embarquées dans cette sombre affaire. S’inspirant d’un fait réel (le meurtre de Florence Nightingale Shore encore non élucidé à ce jour), ce roman captivant nous emmène dans l’Angleterre de l’entre-deux-guerres, des milieux défavorisés aux fastes de la High Society, à travers les déboires de Louisa, jeune servante d’origine modeste, et la soif d’aventure de Nancy, jeune aristocrate effrontée, toutes deux devenues complices et bien décidées à trouver l’assassin du train… Traduit de l’anglais par Valérie Rosier

Mon avis :

J’ai beaucoup aimé ce livre. Il est à peu près de la même époque des romans d’Agatha Christie. Les sœurs Mitford ont vraiment existé. Je vous invite à lire la préface de l’auteur qui vous en dit plus sur leurs âges adultes. Là nous suivons Nancy l’aînée et sa Louisa qui est chargée de seconder la nurse. Nancy va bientôt faire son entrée dans le monde. Mais je trouve que celle qu’on suit le plus c’est Louisa. Alors elle doit échapper à son oncle qui semble t’il cherche à la prostituer contre les personnes à qui il doit de l’argent. Elle cherche à avoir un boulot tout en fuyant son oncle. Son oncle a intercepté la lettre qui l’invite à se rendre chez Les Mitford pour postuler. Elle arrive à lui prendre et après elle saute d’un train pour pouvoir rejoindre la résidence des Mitford. Elle arrive à s’y faire engager

Elle s’attache vite à Nancy qui a à peu près son âge. Lors de sa fuite elle fait la connaissance de Guy un policier des chemins de fer. Cette même journée une infirmière st tuées dans un train. La famille Mitford a souvent pris ce train. Et Nancy rêve de trouver des indices et d’enquêter elle même. Louisa devra surveiller Nancy qui peu à peu fait son entrée dans le monde sans qu’elle ne s’attire d’ennui et tout en gardant son ancienne vie bien loin d’elle. Elle ne sera pas aider avec les fréquents séjours à Londres des Mitford.

C’est un livre haletant qui vous tient en haleine tout du long. On prend peur quand Louisa a peur. Elle même essayera d’aider Guy dans son envie d’enquêter malgré le non lieu de l’affaire.

Dans la vraie vie cette infirmière a vraiment été assassiné au bord d’un train mais son coupable n’a jamais été trouvé. En sera t’il de même dans ce roman ? Je vous invite à le lire pour en savoir le dénouement.

Bonne lecture mes amis ! Bonne année à tous !