Les enquêtes de Sir John Fielding, t.1 : Les audiences de Sir John

Les enquêtes de Sir John Fielding, t.1 : Les audiences de Sir John de Bruce Alexander chez 10/18, 1999 (Grands détectives).

Résumé du livre :

Londres, 1768. Le jeune Jeremy Proctor, orphelin de treize ans, débarque à la capitale. Il est aussitôt victime de malfrats qui le traînent devant le tribunal de Bow Street. C’est là que siège le magistrat aveugle Sir John Fielding, célèbre pour avoir fondé avec son frère Henry, le corps des premiers sergents de ville, des patrouilles de police destinées à sécuriser les rues. Jeremy, très vite adopté par Sir John, va l’accompagner dans ses investigations et découvrir Londres, mégalopole grouillante, avec un étonnement jamais tari. Avec comme toile de fond ce décor très réaliste, Jeremy et Sir John vont enquêter sur la mort de Lord Goodhope : une affaire captivante avec rebondissements multiples et chute surprenante assurés.
Ce premier volume de la série recrée magistralement les débuts de la lutte organisée contre le crime en Angleterre. Dépaysement et plaisir de lecture garantis ! Les aventures de Sir John et Jeremy continuent dans Le Fer et le Feu.

Sophie Colpaert

Mon avis :

Tout d’abord j’ai pris le résumé et l’image sur Babelio. Le livre n’étant plus édité chez 10/18.

Tout commence par le meurtre atroce du père de Jeremy qui se fait lyncher pour avoir édité un livre dit subversif. Jeremy est obligé de s’enfuir. Il décide de se rendre à Londres où la ville est grande et il se dit que ce sera plus facile d’obtenir du boulot en tant qu’apprenti imprimeur là-bas. Peu après son arrivée, il se retrouve mêlé à un vol de sac. Le pauvre Jeremy n’y ai pour rien. Il s’est fait avoir par un chasseur à gage. il est chargé de ramener les gens qui ont commis un délit contre rémunération. Pour arrondir ses fins de mois il accuse des pauvres gamins des rues de vol. C’est ce qui arrive à Jeremy. Sauf que ce chasseur tombe sur un os devant un juge clairvoyant à défaut d’y voir quelque chose avec ses yeux. En effet Sir John Fielding est atteint de cécité mais sait écouter tout le monde et est juste.

Après avoir relaxé le pauvre Jeremy, il le prend sous tutelle. Il compte au plus vite lui trouver une place chez un imprimeur mais un meurtre atroce a lieu à ce moment là et il va sur les lieux avec Jeremy. Celui-ci sans le vouloir va lui donner un précieux indice dans cette affaire. Jeremy se retrouve assistant de Sir John, il est ses yeux.

Peu à peu se noue une complicité entre eux. Sir John a une sorte de fils. Jeremy se sent en sécurité chez le juge et il affectionne de seconder Sir John.

Il faut savoir que Sir John a vraiment existé. L’auteur a habilement romancé un personnage historique qui a fondé une sorte de police moderne tout en jugeant des affaires. Il était bien atteint de cécité. Il bien fait du droit avec son frère. Il a bien perdu sa vue au cours d’un accident maritime. Il a aussi pris des caractères connus du personnage pour le mettre dans son roman.

Si vous aimez les romans policiers historiques ce livre est fait pour vous.

Bonne lecture !

La chambre des curiosités de Preston & Child

Une enquête de l’Inspecteur Pendergast : La chambre des curiosités de Preston & Child, 2005.

Résumé de l’éditeur :

Manhattan. Les ouvriers d’un chantier de démolition s’affairent parmi les gravats, lorsque le bulldozer se fige soudainement devant l’horreur du spectacle qui apparaît ; des ossements humains. L’enquête menée par Pendergast, du FBI, l’archéologue Nora Kelly et le journaliste William Smithback établit qu’il s’agit des restes de trente-six adolescents, victimes d’un tueur en série, le Dr Leng, ayant sévi à New York vers 1880. Les jours suivants, plusieurs meurtres sont commis selon le mode opératoire de Leng. Se peut-il que ce dingue soit toujours vivant ? Ou aurait-il fait des émules ?

Mon avis :

Après avoir lu les deux derniers tomes de l’inspecteur Pendergast, j’ai voulu reprendre la série au début. Pour être juste il apparait en premier dans le livre qui s’appelle Relic mais il n’est pas le personnage principal. Dans celui-ci , il l’est. L’inspecteur Pendergast enquête sur une vieille affaire. Visiblement sur son propre compte et pas envoyé par le FBI. Un charnier a été trouvé et il devrait dater des années 1880. Il va devoir se heurter à des policiers au maire de la ville, d’un président d’entreprise de construction, de la police New-Yorkaise et même du musée d’histoire naturelle de la ville de New-York. Il sera aider Par Nora Kelly une archéologue du musée. Nora est liée à un journaliste qui s’appelle William Smithback. Il s’intéressera à cette vieille histoire parce que le docteur Leng qui aurait tuer toutes ces jeunes personnes seraient le plus grand tueur en série.

On apprend que Leng serait l’arrière grand oncle de Pendergast et c’est pour ça qu’il veut en savoir plus. Surtout que Leng aurait tué tous ces jeunes gens pour trouver un moyen de prolonger sa propre vie. Peu à peu les crimes reprennent à notre époque. Est-ce que Leng aurait réussi à vivre jusque maintenant et il aurait recommencer ou est-ce un imitateur. Toutes ces interrogations vont être répondu dans ce livre.

Dans ce livre on apprends comment Pendergast hérite d’une maison. Je croyais que dans ce tome là on apprendra l’existence de Constance qui va devenir sa pupille et qui était celle de son arrière grand-oncle avant mais il en est rien.

Si vous voulez connaître les débuts de Pendergast je vous invite à lire ce livre.

Bonne lecture !

Offrande funèbre de Preston & Child

Offrande funèbre de Preston & Child chez L’Archipel, 2019.

Résumé de l’éditeur :

RECEVEZ CE CŒUR…
 
« J’espère que vous accepterez ce présent en signe de sincères condoléances. »
Tel est le message, signé d’un certain Cœur-Brisé, retrouvé sur la pierre tombale d’une femme décédée onze ans auparavant.
Le présent en question ? Un cœur humain fraîchement prélevé…
 
… POUR TOUT LE MAL QU’ON VOUS A FAIT.

 
Bientôt, d’autres jeunes femmes sont assassinées, dont les cœurs viennent fleurir de nouvelles tombes…
Qu’ont-elles en commun ? Et pourquoi ces offrandes funèbres ?
Un mystère à la hauteur d’un Pendergast au sommet de son art.

Mon avis :

Tout d’abord le visuel du livre sur mon article est celui des éditions J’ai lu qui l’ont sorti en poche après L’Archipel en 2 020. Alors Pendergast aurait pu rester chez lui peinard à profiter de la présence de sa pupille Constance. mais le devoir l’appelle. Le nouveau directeur adjoint entend mettre de l’ordre dans ses rangs en envoyant à Pétaouchnok les mauvais agents du FBI et en remettant dans leurs rangs les troublions qui ont des résultats satisfaisants. Pickett ledit directeur adjoint le somme de prendre un jeune coéquipier mais néanmoins subalterne le dénommé Coldmoon. Pendergast est des plus réticents mais il n’a pas le choix.

Il s’envole pour Miami bientôt rejoint par le coéquipier gênant. Il doit arrêter un mystérieux assassin qui se nomme lui-même Cœur-Brisé. Il tue des jeunes femmes pour leur prélever leurs cœurs et les déposer sur des tombes de femmes qui se sont suicidées. Pendergast va devoir tout faire pour comprendre les motivations du tueur pour pouvoir l’arrêter sans qu’il ne fasse trop de victimes. Il sera aidé en plus de Coldmoon par la police de Miami. C’est une tâche ardue en plus de devoir supporter l’ardent soleil.

Je connaissais déjà ce personnage ayant déjà lu des livres de la série. Il est décalé. Il a un teint cadavérique, a toujours un style impeccable et a une fortune personnel qui nous pousse à nous demander pourquoi il travaille. En même temps il a l’air d’aimer son métier. En effet il traque beaucoup de tueur en série. Sa famille est aussi assez excentrique même si la plupart sont morts.

C’est un personnage fascinant qu’on aime étudier à loisir au fil de ses enquêtes. Je vous conseille le lecture de la série des Aloysius Pentergast surtout si vous aimez un peu avoir peur.

Bonne lecture !

Mamie Polar, t.6 : Mamie Jo connaît la musique

Mamie Polar, t.6 : Mamie Jo connaît la musique de Régis Delpeuch chez Scrineo, 2019.

Résumé de l’éditeur :

Alors que Lucas tourmente sa mère pour savoir enfin qui est son père, Andrea se fait du mouron pour le sien : le commandant Duflair a disparu !
Il n’est pas revenu de son cours de violoncelle. Très inquiets, Mamie Jo et les enfants se lancent à sa recherche. Une enquête délicate qui les mène sur la piste d’une jeune philippine Lynn et de son père diplomate.
D’une ancienne gare de marchandises à l’aéroport Charles de Gaulle en passant par une résidence ultra sécurisée, Mamie Jo mène l’enquête à sa façon : tambour battant. Et tant pis pour ceux qui se mettent en travers de son chemin…

Mon avis :

Nous retrouvons Mamie Jo et ses petits-enfants. Rien ne va plus pour Lucas. Il se brouille encore avec sa mère. Il veut savoir qui est son père et sa mère refuse de lui dire. Elle dit depuis très longtemps qu’elle l’a fait toute seule.

Même Mamie Jo n’a jamais su qui était le père de Lucas. Mais c’est un jour particulier. Mamie Jo doit venir s’occuper de Lucas et Camille. Quand les deux enfants se retrouvent, Andrea le fils de l’inspecteur Duflair arrive, paniqué. Son père a disparu. Il est dans tout ses états. Au début Lucas et Camille ne le croit pas trop. Mais ils se rendent vite à l’évidence que son père a bel et bien disparu. Ils appellent Mamie Jo pour qu’elle arrive au plus vite. Ils se mettent vite à l’enquête.

Je me suis rendue compte depuis le tome 4 qu’un sujet difficile est souvent traité. Il y a eu les réfugiés Syriens, Les trafiquants d’ivoire…

Dans celui-ci on parle d’esclavage moderne. On croit que l’esclavage est abolie. Mais ça existe encore et ce livre en traite.

Certes le sujet est difficile mais nous retrouvons toujours avec plaisir Mamie Jo et ses petits-enfants tout comme Andrea. Et il ne faut pas oublier que comme toutes les fins dans Mamie Jo tout finit bien.

Bonne lecture !