L’affaire des poisons : Crime, sorcellerie et scandale sous le règne de Louis XIV

L’affaire des poisons : crimes, sorcellerie et scandale sous le règne de Louis XIV de Claude Quétel au éditions Tallandier, 2021.

Résumé de l’éditeur :

Paris, 1678. La Cour est sous le choc : messes noires, expériences alchimiques, fausse monnaie, morts mystérieuses… Au premier rang des suspects : Mme de Montespan, la favorite de Louis XIV! éclate alors le plus grand scandale du règne du Roi-Soleil. Le 17 juillet 1676, la marquise de Brinvilliers a la tête tranchée en place de grève. Son crime : avoir empoisonné son père, sa sœur et ses deux frères ! Quand le lieutenant-général de police La Reynie se plonge dans le dossier, il est stupéfait. Des sorcières aux empoisonneuses, des alchimistes aux grands seigneurs, les ramifications de l’affaire sont immenses ! La machine judiciaire se met en marche : torture, aveux, dénonciations, exécutions… Et bientôt, c’est l’entourage de Louis XIV lui-même qui est compromis ! à travers les archives de la police, les récits des contemporains et les procès-verbaux des interrogatoires, Claude Quétel nous entraîne au cœur de l’une des énigmes criminelles les plus troubles de l’Histoire.

Mon avis :

Si vous vous intéressez à l’Histoire et aux Faits-divers ce livre est fait pour vous. Il retrace l’affaire des poisons sous le règne de Louis XIV où des femmes souvent sans beaucoup de moyens de subsistances se sont mises à faire de la cartomancie, les lignes de la main Au début les clients ont été des gens comme eux et puis le cercle des clients s’est élargies. Mais à cela aussi s’est élargies leur champ de pratique. Avec l’aide de prêtres elles ont organisés des messes occultes. Avec l’aide d’apothicaire elle ont préparées des potions d’amour mais aussi des poisons. Elle étaient aussi liés aux alchimistes. Sauf qu’au bout d’un moment tout ce petit négoce vient aux oreilles du monarque. Et ce monarque Louis XIV. N’entend pas qu’on bafoue l’autorité de Dieu et par là son autorité et ordonne qu’on arrête tout ce monde interlope. Mais ça ne s’arrête pas là et on arrête aussi les clients qui ont notamment aidés des proches soit des maris soit des parents à passer l’âme à gauche plus vite. On parle aussi d’avortement. Je rappelle qu’à l’époque c’était interdit. De toute façon vu les compétences des médecins qui faisaient que saignées sur saignées ils risquaient plus de faire mourir les femmes que d’enlever le fœtus non désirés. On se demande comment Louis XIV a pu vivre si vieux. Bref, On y apprend qu’on pouvait être emprisonner à vie dans des conditions très très dures. Que la plupart des prisonniers soient mourrés soit devenais fous.

Bref vous aurez un aperçu d’une affaire qui a fait grand bruit à l’époque et qui a été très loin ou on peut dire très prêt du pouvoir.

Je vous souhaite un bonne lecture.

Libres ! : manifeste pour s’affranchir des diktats sexuels

on y voit plusieurs femmes nues avec différentes formes.

Libres ! : manifeste pour s’affranchir des diktats sexuels d’Ovidie avec des dessins de Diglee chez Delcourt,2017. (Tapas:-*)

Résumé de l’éditeur :

« La seule certitude qu’il nous reste en matière de sexe : nous sommes les seules décisionnaires de ce que nous faisons de notre corps et rien ni personne ne devrait jamais nous dicter notre conduite. » Ovidie.Publicité, télévision, clips, blogs, magazines, applications, le sexe n’a jamais été aussi omniprésent dans notre environnement culturel. On en parle de plus en plus, mais en parle-t-on réellement mieux ? Au lieu de nous imposer un énième guide censé faire de nous des amantes parfaites, Ovidie et Diglee nous proposent de nous « foutre la paix » dans ce livre drôle, déculpabilisant et décomplexant.

Mon avis :

Attention ce livre n’est pas pour les enfants mais par contre il peut-être une bonne base pour l’netrée dans la sexualité.

Ovidie essaye de parler de tout et sans langue de bois. Elle se consacre au sperme , aux corps des femmes, les diktats de la beauté et de la jeunesse à l’arrivée du mom porn dans l’édition de livres.

Elle nous fait comprendre avec ses mots mais aussi avec chiffres et études à l’appui que notre corps et notre sexualité nous appartient. et qu’il n’y a pas que le plaisir masculin qui a le droit d’être.

Diglee grâce à ces dessins complètent bien le propos et à chaque fin de chapitre il y a une page de BD pour bien illustrer le propos.

Et pour finir je vous dirais que votre corps vous appartient et que la sexualité et le plaisir doit être partagé et que nous les femmes y avons droit.

Défense de cracher ! : Pollution, environnement et santé à la Belle Époque

Défense de cracher ! : Pollution, environnement et santé à la Belle Époque de Pierre Darmon chez les Éditions Le Pommier, 2020.

Résumé de l’éditeur :

Un air de famille

Cancers, broncho-pneumonies, asthmes… C’est aussi par la santé que nous prenons conscience des ravages de la pollution. Nos ancêtres de même : la première grande pollution date de la Belle Époque et fut consécutive à la révolution industrielle. Poussières de houille, traitement inexistant des eaux usées, exploitation animale provoquèrent anthracoses, fièvres typhoïdes, tuberculoses et autres grandes faucheuses.

Par la force des choses, les premiers médecins hygiénistes sont donc écologistes. Avec l’aide des ingénieurs, ils luttent contre la pollution de l’air, le gâchis d’eau potable, les montagnes de déchets. Déjà obsédés par le recyclage, ils exploitent l’« engrais flamand », celui des humains, qui fait un bon compost, et mettent au point les stations d’épuration biologique.

Le front sur lequel ils seront le plus performants ? La microbiologie. Et Semmelweis d’inventer les gestes barrières, Pasteur, le vaccin contre la rage, Koch, un faux remède contre le bacille qui porte son nom…

Ce qui revit sous la plume de Pierre Darmon, c’est le monde du fog londonien, des chiffonniers de Paris, de Mary « Typhoid » la cuisinière porteuse saine. Où l’on verra que la concurrence entre médecins ne date pas d’aujourd’hui, pas plus que les foules confinées opposées aux mesures sanitaires et aux vaccins.

Un panorama captivant et éclairant sur les rapports entre environnement et santé.

Mon avis :

Je suis d’accord. Ce livre est captivant. On apprend comment à cette époque on a réussi à vaincre des maladies qui décimaient des populations entières. Comment les progrès de la médecine et des mesures d’hygiène sont nécessaires pour combattre des maladies. Qu’il faut aussi que toute la population se mette à avoir de bon comportements pour ne pas propager la maladie. Il faut savoir qu’à cette époque le linge propre côtoyait le linge sale. Que les draps étaient souvent réutiliser d’un malade à un autre. Que la désinfection n’existait quasiment pas.

On ne parlait pas de tout à l’égout, les fosses sceptiques non plus. Le crottin de cheval amenait aussi son mot d’insalubrité.

C’est un livre qui parles des maladies infectieuses d’autrefois mais qui avec le sida et le covid maintenant et toujours d’actualité.

Un exemple les livres ne sont pas décontaminés d’un lecteur à un autre en bibliothèque. Le livre est soit mis en quarantaine pour quelques jours soit la couverture est désinfectée mais comment désinfecter l’intérieur du livre sans en abimé le livre ?

C’est un livre qui nous intéresse à la maladie et sa propagation et comment des chercheurs et des médecins ont unis leur force pour faire face.

L’ami impossible

L’ami impossible de Bruno de Stabenrath chez Gallimard, 2020. (Collection Blanche)

Résumé de l’éditeur :

« Je t’écris depuis longtemps et je continuerai à le faire car ces mots, mon ami, je les adresse à toi, rien qu’à toi. Ils portent en eux les fulgurances de notre rencontre, l’aventure de notre amitié, la vérité de notre histoire. »

Bruno de Stabenrath connaît Xavier de Ligonnès depuis 1977. Née sur les bancs d’un lycée à Versailles, leur amitié est restée profonde et sincère. Jusqu’à ce que Xavier de Ligonnès devienne le fugitif le plus recherché de France. Voici un portrait intime qui restitue la jeunesse, puis la vie de famille de cet homme énigmatique. L’auteur mène sa propre enquête et suit les traces d’un ami qu’il ne reconnaît plus, avec la conviction qu’il est toujours vivant.

Mon avis :

Comme vous devez le savoir à travers mes lectures je suis « fan » de faits divers. Et quoi de plus mystérieux que l’affaire Dupont de Ligonnès ? Quoi de mieux que ce soit un de ses amis qui en parle ?

C’est ce que nous propose Bruno de Stabenrath. C’est un ami de lycée. Tout deux font partie de la vieille noblesse catholique. Bruno a emménagé à Versailles au gré des affectations de son père membre de l’armée. Arrivé au lycée après son entrée dans le monde du cinéma il rencontre Xavier de Ligonnès. Et là on suit des années lycée à l’affaire qui a défrayé la chronique.

Bon on comprend vite que l’auteur est de parti pris mais c’est normal. Xavier était son ami. C’est normal qu’il en parle en bien et essaye de ne pas juger l’horreur de ce qu’a fait son pote. Il essaye de comprendre à l’écriture de son livre tout en retraçant leurs parcours respectifs. Bruno qui rate le bac et son entée au conservatoire. Xavier qui réussit brillamment son bac mais qui ne trouve pas des études qui le passionnent.

Bruno qui a un grave accident de voiture qui le laisse tétraplégique mais qui a su rebondir grâce à l’écriture. Alors que Xavier devenu très vite père de famille qui s’est marié avec Agnès qui avait déjà un enfant d’un autre qu’il a adopté. Vite s’enchaine d’autre naissance pour un total de 3 garçons et une fille. Sauf que Xavier qui a été promis à un grand avenir par sa mère réalise que rien ne se déroulera comme prévu et qu’il n’arrivera jamais à atteindre la fortune qu’il espère tant pour pouvoir subvenir à sa famille. Toutes ses entreprises vivotent mais sans donner assez pour maintenir une famille de 5.

Xavier passe ses journées à sillonner les routes, quand sa femme elle doit s’occuper de sa nombreuse famille dans une ville où elle s’ennuie. À tel point qu’elle va prendre un amant ami de longue date de la famille.

Au bord du gouffre que ce soit financier et sentimental Xavier décide de supprimer sa famille et de disparaitre en faisant croire qu’il est devenu indic pour la DEA états-unienne. Sauf que alerté par les proches, la police commence à enquêter et découvre le carnage sous une couche de ciment.

5 corps alignés dans le jardin sous une terrasse tous abattus par une carabine appartenant au père décédé de Xavier. Et la disparition du père. Suicide ou fuite vers les États-Unis tant aimé ? Le saurons nous un jour ?

Si vous voulez rentrer dans l’intimité de cette histoire je vous conseille ce livre qui est très intéressant et vous faire connaître beaucoup plus que ce que d’autre personne ne connaissant pas la famille ne vous fera découvrir.

Je pourrai vous en dire bien plus sur l’affaire et ce livre mais je vous laisse découvrir une partie de l’histoire grâce à ce livre.

On en a beaucoup entendu dans les médias quand le livre est sorti mais c’était très réducteur et même parfois un peu faux. Faites vous une idée en lisant vous même le livre.

Bonne lecture !