Par le feu de Will Hill

Par le feu de Will Hill chez Casterman, 2019.

Résumé de l’éditeur :

Ce que j’ai vu continue de brûler en moi… Avant, elle vivait derrière la clôture.
Elle n’avait pas le droit de quitter la Base.
Ni de parler à qui que ce soit.
Parce que Père John contrôlait tout et qu’il établissait des règles.
Lui désobéir pouvait avoir des conséquences terribles.
Puis il y a eu les mensonges de Père John.
Puis il y a eu le feu…
Inspiré par l’histoire vraie de Waco, Par le feu est un grand roman sur la folie des hommes et le courage d’une adolescente. Livre-événement en Angleterre, il a remporté le prestigieux YA Book Prize 2018.

Un roman vraiment à part.
Palpitant et envoûtant.
Patrick Ness

Mon avis :

Attention livre poignant !

Nous découvrons le quotidien d’une fille de 17 ans qui est pratiquement née dans une secte.

Cette histoire est inspirée de la vraie secte qui se trouvait à Waco et qui a brûlé lors de la perquisition et de l’arrestation de son gourou.

Pour ce que j’en ai lu sur la vraie secte ce roman est une bonne vision de ce qui se passait dans la secte et comment tant de gens en sont morts. Tout ça par la folie d’un homme qui a réussi à faire croire à des familles entières qu’il était le prophète et que sa parole lui était dicté par Dieu. Une vaste fumisterie. Mais c’est moi qui le dit. Je n’ai pas été embrigadé dans une secte. Par contre j’ai parlé d’un livre où des jeunes filles ont vécu une partie de leur enfance dans une secte pédophile si vous voulez connaître leur quotidien lisez mon article précédent.

Bref on apprend le quotidien de Moonbeam qui est arrivée dans la secte à 18 mois entrainé par le père qui a tout de suite était séduit par une adepte qui faisait du prosélytisme. Il emmène femme et enfant dans le désert pour suivre ce mouvement mais quelque temps après le père meurt subitement et la secte change de dirigeant après que les principaux lieutenant de la secte se décide par un autre prédicateur beaucoup plus dure. Après ça les enfants n’avaient plus le droit de regarder la télé. La nourriture a été rationné et le prosélytisme a était proscrit. Le soit-disant prophète a fait en sorte de faire croire à ses adeptes que le monde extérieur était mauvais que seul lui pouvait les amener à faire leur ascension et se retrouver à la tête de Dieu. Peu après pas mal de monde sont sorties de la secte mais pas la mère de Moonbeam qui malgré sa tristesse apparente ne se décide à partir. Même quand le gourou décide de bannir les relations sexuelles entre membres. Elle reste. Seule lui peut prendre des femmes pour épouse pour faire des enfants qui seront élus d’une certaine manière.

D’ailleurs la vie dans la maison du gourou est toute différente des autres qui sont dans les baraquements autour. Les enfants ont des jouets à la maison alors que les autres enfants en sont privés et qu’ils doivent participer comme d’autre à tout les travaux. Tout le monde est sous le joug des lieutenants chargés d’appliqués les directives du gourou. La mère de moonbeam se fait virer de la secte après qu’on est découvert qu’elle écrivait un journal où elle faisait part de ses doutes sur le gourou. Mais elle n’arrive pas à sortir sa fille de la secte qui était promis à sa majorité comme épouse au gourou. Et c’est à ce moment que le germe du doute s’installe dans Moonbeam.

Tout cela nous le découvrons quand elle est enfermé dans un hôpital où elle apprend à vivre sans la secte et où des enfants comme elle sont enfermés pour être adaptés au monde extérieur. Elle sera un modèle même si elle-même ne sait pas si elle sortira un jour de cet hôpital ou elle se sent tout aussi enfermé qu’avant.

Bref vous l’aurez compris si vous voulez en savoir plus sur une secte mais à travers un roman ce livre est pour vous.

Il est édifiant et vous n’en resorterez pas insensible.

Bonne lecture !

PS : Merci à Mélaine qui m’a prêté ce livre et qui m’en a dit que du bien.

Les faits et gestes de la famille Papillon, t.3 : Les succès de Domi.

Les faits et gestes de la famille Papillon, t.3 : Les succès de Domi de Florence Hinckel chez Caterman, 2020.

Résumé du livre :

La fin des aventures folles d’Éva : et si les familles Papillon et Avalanche devaient s’unir, pour le meilleur et le pire ?

Les familles Papillon et Avalanche ont conclu une trêve. Tant qu’Éva et Coline vivent leur vie normalement, l’humanité ne craint rien : des bonnes choses et des catastrophes se produisent en même temps, le bien et le mal trouvent un équilibre. Mais évidemment, rien n’est si simple quand on est née mi-Papillon mi-Avalanche… Éva découvre vite qu’elle provoque des événements positifs à condition d’avoir des sentiments positifs, et inversement. Il lui faut donc se réconcilier avec sa mère, Sonia Avalanche, pour se sentir bien.
Et puis, il y a l’oncle Boris. Frustré de n’avoir jamais eu de pouvoir, il ne rêve que de kidnapper les jumelles, et il prépare un plan plus maléfique que jamais !

Mon avis :

Après avoir connu les aventures de son arrière grand-père et découvert une partie de ses pouvoirs à l’âge de ses 13 ans dans ce tome ci. ensuite on a connu les exploits de sa grand-mère dans le tome là.

Nous voici dans ce tome. Dans ce tome Eva qui a découvert à la fin du dernier qu’elle est une moitié Avalanche et une moitié Papillon. De ce fait elle peut entrainer des évènements négatifs comme positifs. Tout comme sa sœurs jumelles Coline.

Elle doit se faire à l’idée que sa mère est Sonia qu’elle prenait pour la méchante et insensible. Mais en même temps elle se fait kidnapper par son grand-oncle qui a toujours été jaloux des pouvoirs de sa sœurs et n’a eu de cesse d’essayer lui-même de se faire connaître.

C’est toujours pour moi un grand plaisir de lire les aventures de Eva qui en pince pour son meilleur ami Auguste qui lui a l’air d’en pincer pour Colline. Un bon vrai micmac.

Bien sûr ce n’est pas le sujet du livre. Et tout en suivant les aventures d’Eva nous en apprenant plus sur la relation qui unit ses deux parents et leurs exploits à tout les deux. Domi son père aurait par exemple permit l’abattement du mus de Berlin bien avant que ce soit prévu. Sa mère quand à elle aurait été responsable d’un échec d’un grand gagnant d’échec qui aurait perdu pour la première fois contre une machine.

Vous retrouverez dans ce tome avec plaisir les familles Papillon et Avalanche. Qui d’un coup de boule de neige ou de vol de papillon peuvent en faire de grandes choses.

Bonne lecture !

L’épopée du Roi Singe

L’épopée du Roi Singe de Pascal Fauliot chez Casterman, 2004 (a été réédité en poche chez le même éditeur en 2012).

Résumé de l’éditeur :

Il y a longtemps de cela, il arriva que l’un des rochers du mont des Fleurs et des Fruits, travaillé par les éléments, se fendit. Un oeuf de pierre en sortit et roula en contrebas. Le vent joua longtemps avec lui et peut-être le féconda car un jour cet oeuf de pierre se cassa. Et un être vivant apparut, recroquevillé sur lui-même. Il ressemblait à un homme… Mais c’était plutôt une sorte de singe… Et de singe, il voulut devenir roi, et de roi, il voulut devenir immortel. Téméraire, insouciant et irrévérencieux, le Roi Singe va chambouler la quiétude de l’administration céleste.

Mon avis :

Ce livre est en fait un conte traditionnel chinois très très connu en Asie et qui a inspiré nombre de « médias » célèbres, comme Dragon Ball, One Piece, ou Mario Bros.

C’est l’histoire d’un singe né d’un œuf de pierre. Qui décide après avoir été intronisé roi veut devenir Immortel. Il va dans la société des humains pour trouver un immortel qui peut lui enseigner l’immortalité.

Le souci c’est que il faut être irréprochable quand tu deviens immortel. Ce qui est loin d’être son cas. Avant de devenir immortel il devient maître en combat.

Je vous recommande vivement ce livre si vous vous intéressez à la culture asiatique.

Bonne lecture !

Candy & cigarettes de Tomonori Inoue

Candy & cigarettes de Tomonori Inoue chez Casterman, 2019 (Sakka)

Résumé de l’éditeur :

Elle a 11 ans, il en a 65, ils forment le duo de tueurs à gages le plus efficace du milieu !

Après une carrière brillante dans la police, Raizo n’aspire qu’à couler des jours paisibles, mais sa maigre retraite ne lui laisse pas le choix : il doit multiplier les petits boulots pour joindre les deux bouts. Sa rencontre avec la petite Miharu, tueuse à gages au service d’une mystérieuse organisation, va lui permettre de mettre du beurre dans les épinards et de bafouer
allégrement les principes qui ont guidé toute son existence.

Mon avis :

Duo très improbable. Alors on est entre Nikita et Léon. Un policier à la retraite qui cherche à tout prix de l’argent pour soigner son petit-fils va devoir seconder une petite fille toute mignonne à tuer des clients. Il est tiraillé entre le respect de la loi et son envie de se faire de l’argent. Et puis il veut comprendre comment une petite fille se retrouve tueuse à gage. C’est dans ce manga où on se rend compte que ce n’est pas parce que tu fais partie de l’intelligentsia que tu es intègre. C’est un peu tous pourri. On suit avec plaisir la quête de la gamine pour tuer le meurtrier de ses parents et Raizo (le policier à la retrait) qui se prend à la protéger.