La société des pépés à adopter d’Émilie Chazerand

La société des pépés à adopter d’Émilie Chazerand chez Sarabacane, 2019 (Pépix)

Résumé de l’éditeur:

Quand une gamine pourrie-gâtée cherche à adopter un pépé… Un PEPIX au pitch infernal et aux personnages tordants !

Sérieuse Dauphin est une enfant délaissée MAIS ultra-gâtée par des parents super riches MAIS super absents. Ces derniers sont des inventeurs aux cervelles remplies d’idées géniales et révolutionnaires et parfaitement inutiles, comme la célèbre cravate au jambon.

Cependant, il y a UNE chose qu’ils n’ont pas pensé à offrir à leur fille unique et préférée : un grand-père.

C’est décidé : Sérieuse veut un papi. C’est là sa dernière lubie, son caprice absolu. Heureusement pour elle, la Société des Pépés à Adopter a exactement ce dont elle rêve…

Mon avis :

Les parents de Sérieuse ont tout fait pour que leur fille ne manque de rien. Certes elle ne manque de rien au niveau matériel et même en terme de personnel de maison mais ils ont oublié une petite chose. C’est que eux sont très souvent absent et petit à petit un fossé s’est croisé entre eux. C’est bientôt son anniversaire. Comme elle se sent seule et en manque de famille, elle trouve le parfait cadeau pour elle : un grand-père. Ses parents tout deux orphelins sont très réticents à l’idée de ce cadeau. Surtout son père. Mais à force de mauvaise humeur, de grèves et j’en passe ils cèdent. En fait il existe une société qui fait venir des hommes âgés dans des familles. Arrivé au lieu où sont les papis, Sérieuse trouve le pépé parfait. Alors si vous voyez un papi charmant vous vous trompez complètement. Il contraria beaucoup les parents de Sérieuse. Jusqu’au clash mais mine de rien cette situation permettra de recréer un lien dans cette famille que les trois avaient perdus de vue.

Vous lirez ce livre qui est bourré d’humour avec une Sérieuse qui est loin de la petite fille parfaite mais c’est comme ça qu’on l’aime. Elle sait taper là où ça fait mal mais toujours avec raison.

Bonne lecture !

Les Aériens de Marie-Catherine Daniel

Les aériens de Marie-Catherine Daniel chez Sarbacane, 2017 (Pépix noir).

Résumé de l’éditeur :

Dure rentrée de 5e, pour Alexandre : tous ses amis l’ont abandonné car Romain, son grand frère, est responsable de la mort d’un lycéen dans un accident de moto. Théo et sa bande sont prêts à tout pour faire payer Romain – y compris s’en prendre à Alexandre, qu’ils harcèlent chaque jour. Heureusement, il y a Sarah, la nouvelle au collège. Elle n’aime pas les injustices et aide les deux frères. C’est justement en se réfugiant chez elle, un matin, qu’ils font la connaissance d’un être étrange : Courantd’Air.

Courantd’Air est un Aérien : un nuage de particules, invisible tant qu’il ne se charge pas de poussière. Il explique aux trois amis qu’il s’est fait piéger dans le lave-linge de Sarah alors qu’il fuyait un autre Aérien, le terrifiant Blizzard, qui vient d’arriver dans la région avec sa bande d’envahisseurs.

Leur but ? Détruire la ville !

Mon avis :

Pour en revenir au résumé c’est vrai que Alexandre se sent bien seul. Sarah lui sera d’une grande aide.

Et Romain certes c’est lui qui conduisait le scooter mais lui aussi aurait pu en rester aussi là. Sauf que tous ses anciens amis lui fait porter le chapeau.

Mais il n’y aura pas seulement Sarah comme allié mais aussi un allié inattendu, un aérien. Mais qu’est ce que c’est un aérien ? Alors ça serait une sorte de courant d’air doué de parole et de conscience. Mais l’aérien qui s’appelle d’ailleurs Courant d’air a lui aussi un problème. Un méchant aérien a élu domicile dans sa ville. Et cherche tous les autres aériens ou pour les intégrer à sa bande ou en les fusionnant à son propre corps pour qu’ils deviennent plus puissant. Il veut anéantir la ville et d’autres sûrement par la suite. Mais les deux frères et Sarah vont tout faire pour l’arrêter tout en essayant d’éviter ceux qui veulent s’en prendre aux deux frères.

Je ne sais pas si je vous ai donné envie de le lire grâce à mon résumé personnel mais ce livre est haletant. On se prends au jeu et à croire aux aériens et à une machine qui peut les attirer. Au début c’est plutôt Alexandre et Romain qui sont les principaux personnages moteurs. C’est Alexandre qui veut retrouver ses amis. Romain qui doit échapper au bagarre mais aussi retrouver la parole qu’il a perdu lors de l’accident. La dépression de la mère des deux jeunes hommes prend aussi de la place. Mais quand L’aérien fait comprendre aux trois enfants que le problème est Blizzard le terrifiant aérien alors Sarah et Courant d’air prend toute la lumière.

C’est donc un livre qui a des personnages forts et des deux sexes donc les filles comme les garçons peuvent se retrouver dans cette histoire. Comme tout bon livre pour enfant ça finit bien.

Un livre pour tous avec de bonnes interrogations et des réponses que je vous invite à lire.

Bonne lecture !

Monsieur Ganèche et le championnat du monde d’aventure de Jérôme Bourgine

Monsieur Ganèche et le championnat du monde de Jérôme Bourgine chez Sarbacane, 2018 (Pépix).

Résumé du livre :

Sélectionnés pour participer aux premiers Championnats du Monde d’Aventure, Monsieur Ganèche et ses six inimitables élèves, les Tricéphales, s’envolent pour le Far West !

Dans un décor à couper le souffle, les prétendus cancres vont affronter les équipes des autres pays : labyrinthes, casse-tête, challenges sportifs, escape-game…

Zlatan, Fatima, Lucas, Céline, Tho et Maïtiti devront se montrer aussi persévérants que solidaires pour faire honneur à Monsieur Ganèche, le seul adulte à leur faire confiance !

Mon avis :

Coucou Marion ! Elle comprendra pourquoi. 🙂

Cette série fait débat. Il y en a qui ont bien aimé et d’autre ont trouvé pleins d’incohérences ce qui les a refroidi. Personnellement j’ai bien aimé.

Ce livre est le deuxième tome de la série. Monsieur Ganèche est un professeur remplaçant si je ne me trompe. Dans le premier tome ils ont mis à jour des trafiquants d’animaux lors d’une classe verte.

Dans celui-ci ils vont participer à un championnat du monde d’aventure. Ils se retrouvent aux États-Unis. Pas loin de Las Vegas. Un des enfants de son groupe, Zlatan voudrait bien y aller. Il est d’ailleurs surexcité. Enfin avant de s’y rendre ils ont dû convaincre les parents de Fatima. Mais c’est chose faite. Ils devront retrouver leur cohésion pour pouvoir arriver à bout des épreuves. Surtout que rien ait fait pour Tho qui est en fauteuil. Le grand benêt Lucas se révèlera être bien moins benêt qu’il en a l’air.

Nous retrouverons l’esprit d’équipe du groupe d’élèves qui devront aussi sauver le poste de leur professeur.

Personnellement j’ai aimé ce livre. J’ai été contente de retrouver les personnages. De plus ce tome est moins oppressant que le premier.

Bonne lecture !

Le Génie de lampe de poche d’Émilie Chazerand

Le Génie de lampe de poche d’Émilie Chazerand chez Sarbacane, 2017 (Pépix)

Résumé de l’éditeur :

Je m’appelle Vladimir Poulain, j’ai dix ans et je vis le pire été  de ma vie.

Ma mère a décidé de m’expédier en colonie de vacances…
Elle se fiche bien que mes lunettes m’empêchent de faire du sport !

« La Joie dans les bois », c’est un camp situé entre l’autoroute, un abattoir et une station d’épuration. En plus, je suis coincé dans une tente entre un gars qui pue des pieds et un autre qui parle en morse (pas l’animal, le code secret). Le directeur est un psychopathe qui nous oblige à nager avec des poissons morts et la cuisinière a des recettes très spéciales… Tout ça aurait pu virer à la catastrophe si je n’avais pas rencontré Eugène Von Génial, le génie enfermé dans ma lampe de poche.

Hé oui, un vrai génie, dont le métier est d’exaucer des souhaits. Mais, on ne va pas se mentir : il est très loin d’être doué…

Mon avis :

On fait la connaissance de Vladimir Poulain qui est un garçon qui aime se plonger dans les livres. Il souhaite devenir un grand scientifique. Sa mère est une hygiéniste. Elle aime la propreté et son outil préféré c’est l’eau de javel.

Sa mère se met à changer et on comprend qu’elle a rencontré un monsieur. Elle l’oblige à aller en colonie de vacances. On comprend vite qu’elle s’en est débarrassée pour pouvoir se retrouver seul avec l’homme qu’elle a rencontré. Il s’avère que la colonie est un ancien abattoir. il pense qu’il n’y a ni toilettes, ni salle de bain. La nourriture y est infecte. Le directeur de la colonie est une sorte dictateur.

Un soir après s’être fait humilier; Il se rend à sa tente plus tôt. Il veut lire son livre pour ça il a une lampe. Mais peu à peu elle tombe en panne. Une grosse fumée s’y répand dans la tente. et un génie en sort. malheureusement pour Vladimir, ce génie n’est pas très doué.

Ce livre est très amusant. Rien ne fait vraiment peur malgré la colonie qui a l’air horrible. Mais on s’y amuse de bout en bout en suivant les mésaventures de Vladimir. Je vous recommande donc cette lecture.

Bonne lecture !