Royale (malgré moi), t.1 : rebelle, gaffeuse, célibataire…

Royale (Malgré moi), t.1 : Rebelle gaffeuse, célibataire… de Rachel Hawkins chez Nathan, 2020.

Résumé du livre :

Une Bridget Jones à la sauce royale

Daisy, Américaine de 17 ans, est catapultée dans le monde fastueux de la royauté lorsque sa sœur se fiance au prince d’Écosse.
Elle qui aime le franc-parler et la simplicité découvre un univers régi par le protocole et la retenue. Elle a bien du mal à s’adapter, surtout que rien ne se passe comme prévu : le petit frère du prince lui fait des avances, alors qu’elle s’amourache d’un certain duc pince-sans-rire, à qui on a demandé de jouer son faux petit ami pour la presse… Entre fantasme et réalité, il n’y a parfois qu’un pas.

Mon avis :

j’aime bien ce genre de livre où une fille « ordinaire » se retrouve du jour au lendemain célèbre sans qu’elle l’ait voulu. j’en ai déjà parlé avec It girl . Si vous ne l’avez pas lu jetez un œil au moins au tome 1 c’est très bien.

Là notre héroïne ne se retrouve pas dans la célébrité mondaine américaine mais dans l’aristocratie écossaise. Elle s’appelle Daisy c’est une américaine. On est en été. Sa sœur va se marier en décembre avec le prince d’Ecosse futur roi. Suite à des indiscrétions de son ex dans la presse sa sœur lui demande de venir dare dare en Ecosse pour arrêter les gaffes. Mais tout ne se passe pas comme prévu. Elle accumule les gaffes et doit en plus supporter le frère du prince. Dans les blogs et la presse on pense qu’elle va se mettre avec lui. Mais même si le frère cadet est beau ce n’est pas vraiment dans ses plans. Elle ne demande juste qu’on lui foute la paix qu’on arrête d’essayer de vendre des clichés d’elle dans la presse et qu’elle retrouve une vie normale.

Le frère cadet fait des gaffes qu’il faut bien sûr cacher à la presse. Un de ses amis est fort désagréable avec Daisy. En fait tout le monde la prend pour une « courreuse » d’altesse. Heureusement que son amie devrait bientôt arriver et elles pourront aller tranquille à une signature de leur autrice préférée. Enfin c’est ce qu’elles croient.

C’est un livre réjouissant qui se lit vite et qui vous donnera la pêche.

Bonne lecture !

La fin et autres commencements de Veronica Roth

La fin et autres commencements de Veronica Roth chez Nathan , 2020

Résumé de l’éditeur :

Le retour de Veronica Roth avec une exploration fascinante du futur dans un roman illustré spectaculaire !Résumé : Six univers. Dans chacun de ces mondes futuristes parfois proches du nôtre et parfois si différents, la technologie transforme les êtres et façonne de nouvelles possibilités. Pourtant, chacun reste confronté à des problématiques profondément humaines. Plongez dans ces futurs, et explorez des histoires de mort et de renouveau, de haine et d’amour, de vengeance et de pardon… dont la fin n’est qu’un nouveau commencement.

6 histoires émouvantes et futuristes, qui chacune à leur manière explorent les thèmes de la mort (celle que l’on inflige, celle qui nous frappe), l’amitié, la famille, la résilience.
Des récits d’anticipation dans la veine de Black Mirror.

Mon avis :

C’est un recueil de nouvelles. Si vous aimez la fiction et que vous n’êtes pas un grand lecteur ce livre est pour vous.

Il porte très bien son nom. ça parle beaucoup de mort imminent ou qui a déjà eu lieu mais cette « fin » amène à autre chose dont des commencements. C’est pas mal comme livre qui dédramatise un peu la mort d’un proche.

Ce sont toutes des nouvelles d’anticipation. Nous sommes dans un futur plus ou moins proche avec des technologies nouvelles.

Je vais vous faire une brève présentation des trois premières nouvelles. D’abord nous avons Inertia. un jeune homme est entre la vie et la mort suite à un accident de la circulation. Maintenant les mourants peuvent appeler un ou plusieurs proches et se rencontrer dans leurs souvenirs. Ils peuvent se dire des dernières paroles et se remémorer des souvenirs. Une jeune fille était autrefois amie avec Matt (l’accidenté) mais ils se sont fâchés. Elle est très étonnés quand elle apprend qu’il l’a mis dans sa dernière « visitation ». Elle accepte tout de même de se rendre à l’hôpital pour cette « visitation ».

Pour la deuxième ça m’a fait beaucoup pensé à Les Âmes vagabondes par l’autrice de Twillight Stephenie Meyer. Nous sommes sur la Terre mais les extra-terrestres ont pour certains élus domicile sur Terre. Sans que ça ne pose de problème sauf pour les « sangsues ». c’est des sortes d’organismes qui se collent à la colonne vertébrale d’un humain ou autre et qui prend la place et le commandement de » l’hôte ». on peut mettre du temps à découvrir qu’un proche est ainsi possédé. Petit à petit la personne hôte perd son intelligence et si la « sangsue » se sépare du corps la personne devient un légume. C’est ce qui est arrivé au père d’une chasseuse de prime qui s’est spécialisé dans « les sangsues ». Je ne vous en dit pas plus.

Pour la troisième titre les écoutants. Nous sommes dans un monde en déclin ou le bioterrorisme n’épargne personne. Des personnes sous couvert de religion mettent des bombes partout pour hâter la fin du monde. Des écoutants qui ont des capacités en musique sont engagés pour enregistrer les chants de vie et les chants de morts des personnes. Une petite fille ayant l’oreille absolue doit passer les tests pour rentrer dans une école des écoutants quand son père et elle sont confrontés à une attaque terroriste.

C’est très bien écrit. L’autrice est Veronica Roth. Elle a aussi écrit la série à succès Divergente que je n’avais pas envie de lire mais ce recueil de nouvelles commencent à me faire changer d’avis.

Bonne lecture !

Signé Poète X d’Elizabeth Acevedo

On y voit une jeune femme qui regarde vers la gauche avec des cheveux un peu crépus mais qui se mêle à des tâches d'encre. Elle est parcouru de mots et la couverture est aussi colorées comme si un peintre avait coloré la première de couverture de jolies couleurs. On y discerne je crois aussi un œil.

Signé poète X d’Elizabeth Acevedo, traduite par Clémentine Beauvais chez Nathan, 2019

Résumé de l’éditeur :

Dans un monde qui ne veut pas l’entendre, elle refuse de rester silencieuse

Résumé : Harlem. Xiomara a 15 ans et un corps qui prend plus de place que sa voix : bonnet D et hanches chaloupées. Contre la rumeur, les insultes ou les gestes déplacés, elle laisse parler ses poings. Étouffée par les préceptes de sa mère (pas de petit ami, pas de sorties, pas de vagues), elle se révolte en silence. Personne n’est là pour entendre sa colère et ses désirs. La seule chose qui l’apaise, c’est écrire, écrire et encore écrire. Tout ce qu’elle aimerait dire. Transformer en poèmes-lames toutes ses pensées coupantes.
Jusqu’au jour où un club de slam se crée dans son lycée. L’occasion pour Xiomara, enfin, de trouver sa voix.
Dès 14 ans.

Mon avis :

Merci à Mélaine pour m’avoir prêté ce livre. En effet il m’a plu mais arrête de me passer des livres qui me font chialer. non mais !

Xiomara en a des choses à dire et ces choses elle les dit par vers. Vous pensez que ça sera difficile à Lire ? Pas du tout. ça se lit comme un roman en prose. mais les mots claquent parfois comme un fouet. La narratrice qui n’est autre que Xiomara utilise le poème comme moyen d’expression. Elle ne sait pas ce que c’est le Slam. Mais de toute façon au début ses poèmes ne sont que pour elle. Une sorte de défouloir, journal intime.

Elle ne supporte plus le regard des hommes sur elle. De boulotte, elle est devenue une jeune femme avec une belle poitrine et des hanches chaloupées comme le dit le résumé. Elle ne supporte pas non plus les remarques désobligeantes de la gente féminine qui la traite de tous les noms alors qu’on ne choisit pas son corps.

Elle ne se sent pas bien dans sa peau ni dans la religion que sa mère la force à adopter. Sa mère aurait voulu devenir bonne sœur et elle veut que sa fille soit toute dévouée au catholicisme mais ça ne marche pas comme ça. C’est comme ces mères qui avaient un rêve qu’elles n’ont jamais réalisé et elle se servent de leur enfant pour réaliser le dit rêve.

Son exutoire à Xiomara c’est d’écrire des poèmes. Elle les garde pour elle. Jusqu’au jour où elle rencontre un garçon qui l’écoute. Mais elle ne dit pas tout. Notamment l’enfer que sa mère lui fait vivre.

Un livre qui vous apprendra peut-être à ne pas vouloir que vos proches se comportent comme vous aimeriez qu’il soit et de laisser vivre les gens comme ils l’entendent et parfois leur faire le plus beau des cadeaux.

Je salue Clémentine Beauvais qui a réussi là où beaucoup se seraient cassées les dents. Traduire de la poésie ce n’est pas évident et elle l’a fait merveilleusement bien tout en étant très très facile à lire.

Je vous recommande la lecture de ce livre avec ces phrases coup de poing qui vous ira droit au cœur.

Bonne lecture !

Si loin de l’arbre de Robin Benway

Si loin de l’arbre : Qu’est ce qui fait une famille ? de Robin Benway aux éditions Nathan, 2019.

Résumé de l’éditeur :

Un roman puissant et émouvant sur la famille et les liens du sang Résumé : Grace, 16 ans, a passé une année difficile au lycée. Elle est tombée enceinte, a donné naissance à sa fille le jour du bal de promo et l’a faite adopter. Elle-même adoptée, elle décide de retrouver sa mère biologique. Mais ce qu’elle va trouver, ce sont un frère et une sœur, avec chacun ses secrets et son histoire.
Ces trois adolescents dont les vies se retrouvent entremêlées tissent un portrait remarquable de la famille sous toutes ses formes, qui va bien au-delà des liens du sang.

Mon avis :

Tout d’abord Merci à Mélaine de m’avoir prêter ce livre.

Attention ce livre vous fera passer du rire aux larmes de façon permanente. Vous allez avoir l’air malin/ maligne à rire à gorge déployée et de suite après à vous mettre à pleurer. Nous suivons le destin croisée de trois personnes.

Grace 16 ans qui vient d’accoucher et a dû se résoudre à abandonner son enfant.

Maya une fille qui a un fort caractère et qu’il ne faut pas marcher sur les pieds.

Enfin Joaquin gamin sympa mais qui a de nombreuses fêlures parce que c’est un gamin de l’assistance publique.

Tous les trois apprennent qu’ils sont frère et sœurs

Ils vont apprendre à se connaître. Grâce ne voudra pas dire qu’elle a dû elle même abandonner son enfant. Maya se sent de trop dans sa famille. Une famille de roux avec une petite brune. Les photos de famille lui rappelle constamment qu’elle ne ressemble pas à sa famille. De plus elle essaye de protéger sa mère qui elle même cache son alcoolisme. Et Joaquin ne veut pas parler de son passé. Il croit qu’il n’est pas comme il faut parce que personne ou presque n’a voulu l’adopter.

Ces trois ados vont apprendre à se connaître, à former une famille et peu à peu vont se faire confiance.

On suit aussi les familles des trois enfants. La famille de Grace qui a dû accompagner leur fille dans sa grossesse et l’adoption de l’enfant.

Maya qui a des parents qui se disputent tout le temps et que son seul réconfort sont les bras de sa petite amie Claire.

Joaquin qui a des parents d’accueil qui l’aime mais lui a du mal à y croire. Même quand ceux ci lui propose de l’adopter pour de bon.

Ça parait triste comme ça mais Grace et Maya notamment ont beaucoup d’humour et on les suit avec plaisir. On les suit dans leurs quêtes d’identité. Que faire après avoir abandonné son enfant ? Que faire quand nos parents divorcent et que l’un d’entre eux est alcoolique ? Qua faire quand on pense ne pas avoir d’avenir et qui pense n’être à la hauteur de personne ?

Vous le découvrirez en lisant ce merveilleux livre.

Bonne lecture !