Miss Silver intervient de Patricia Wentworth

Miss Silver intervient de Patricia Wentworth  aux éditions  Seghers, 1979 réédité par 10/18 (grands détectives) en 1999.

Résumé du livre :

Meade Underwood pleurait la mort de Giles, son fiancé qu’elle avait cru disparu dans un naufrage. Elle le retrouve, par hasard, mais il est devenu amnésique. Leur bonheur est en butte aux diaboliques machinations de Caroll Roland, une jeune comédienne sans vergogne. Jusqu’au jour où on la découvre morte…

Il faudra la prodigieuse mémoire et l’infaillible sens de l’observation de Miss Silver, dont la ténacité aura même raison des réticences de la police, pour démêler de ténébreux chantages et venir à bout d’un assassin passé maître dans l’art du travestissement.

Mon avis :

Ce roman est une sorte de huis clos où les suspects sont des habitants d’un immeuble. Au début Meade Underwood est en deuil en rentrant des États-Unis le bateau dans lequel elle est, est torpillé. Elle perd son fiancé. Enfin jusqu’à ce qu’elle le retrouve par hasard. il n’est pas mort mais est devenu en partie amnésique. Il l’a oublié. En même temps la tante de Meade chez qui elle vit va voir Miss Silver parce que elle subit un chantage. Peu de temps après une Actrice pas très sympathique, assez vénale mais très jolie se fait assassiner. Miss Silver va aider l’inspecteur Lamb pour retrouver le ou la meurtrière.

 

Si vous aimez les romans policiers à la Agatha Christie vous allez adorer Miss Silver. En plus à chaque roman elle arrive à nous trouver une idylle sans que ça ressemble à un livre à l’eau de rose.

Bonne lecture !

Miss Seeton, t.2 : Miss Seeton persiste et signe de Heron Carvic

Miss Seeton, t.2 : Miss Seeton persiste et signe de Heron Carvic aux éditions 10/18 Grands détectives

Résumé de Babelio :

Mais qui est donc cette Miss Seeton ? « L’expression même de la joie de lire » pour le Plain Dealer de Cleveland, « une enquêtrice hors pair », pour le New-York Times ; « la nouvelle star du roman policier » pour le Detroit News. Voilà quelques-uns des cris de plaisir qui ont salué la naissance de cette nouvelle reine du crime aux États-Unis. Les lecteurs français vont découvrir à leur tour que Miss Marple, Miss Silver et quelques autres peuvent se faire du souci : une rivale de choc est arrivée ! En garde Miss Seeton !

 

Mon avis :

Vous voulez rire aux éclats ? Lisez Miss Seeton. Dans celui-ci, l’ « oracle » est bien ennuyé : on tue des enfants. Qui ose s’attaquer à des enfants ? Il a tout essayé. Rien à faire, le meurtrier n’est pas appréhendé. Il se demande si Miss Seeton, avec sa manie des dessins, ne pourrait pas lui faire une petite esquisse du dernier cadavre. Vous trouvez ça bien glauque ? Et bah ça ne l’est pas.

Miss Seeton est une dame d’un certain âge proche de la retraite qui enseigne le dessin à des enfants et en cours du soir. Elle croit qu’elle n’a aucun talent de dessinatrice. C’est vrai que quand elle dessine ce qu’elle voit est assez terne et sans intérêt, mais, quand elle laisse courir son imagination, alors là c’est étonnant de réalisme. Elle arrive à sonder les gens au fond de leur âme, tout ça sans s’en rendre compte. Elle a d’ailleurs souvent honte de ses dessins. L’oracle est le commissaire Delphick. C’est un surnom que ses subordonnés lui ont donné. Il décide donc de faire appel à Miss Seeton pour voir si avec ses esquisses et son don de médium, ils ne trouveraient pas un indice. Et en effet, sans le vouloir, elle trouve un lien entre les meurtres et des cambriolages de bureau de Poste qui se trouvent à proximité. C’est tout à fait étonnant.

Par ailleurs, Miss Seeton a hérité de sa marraine un petit cottage dans la campagne anglaise dans le Kent à Plummergen. Les rumeurs y vont bon train, et depuis l’arrivée de Miss Seeton dans ce village c’est encore pire. En effet elle a le don de s’attirer des ennuis sans le vouloir. Dans le précédent elle a assisté à un meurtre et le meurtrier a tout fait pour la réduire au silence. Dans celui-ci il semblerait que les voleurs et meurtriers soient aussi ici. Heureusement, elle ne sera pas seule. Mais elle n’a besoin de personne si elle a son parapluie. Elle est si maladroite qu’elle déroute des voitures volés et autres joyeusetés.

Lisez les Miss Seeton et vous en sortirez avec le sourire.

Bonne lecture !

PS : le livre n’est plus disponible chez 10/18, il faut se tourner chez un soldeur.

Le chat qui mangeait de la laine de Lilian Jackson Braun

Le chat qui mangeait de la laine de Lilian Jackson Braun aux éditions 10/18.

Résumé trouvé sur booknode :

Nous retrouvons ici notre vieille connaissance Jim Qwilleran, chroniqueur au Daily Fluxion et son ineffable compagnon, le chat siamois Kao K’o Kung, dit Koko. Qwilleran se voit assigner le poste de rédacteur en chef d’un nouveau magazine de décoration, Le Gai Logis. Le premier numéro est un succès. Malheureusement, la maison qu’il avait choisie pour illustrer le journal est cambriolée. Une inestimable collection de jades disparaît et l’épouse du propriétaire meurt d’une crise cardiaque. Avec le second numéro, Qwille-ran apprend à ses dépens la double signification du mot « professionnelle » et il commence à se demander si quelqu’un n’essaie pas de couler le magazine. Cependant, lorsque le décorateur David Lyne est assassiné, il décide de prendre l’affaire en main. Que signifie aussi la curieuse lubie de Koko de manger de la laine ? C’est pourtant grâce à cette manie que Qwilleran découvrira le fin mot de l’histoire et démasquera les coupables.

Mon avis :

Ce deuxième tome des aventures de Jim Qwilleran me paraît essentiel. Il est regrettable que l’éditeur ne soit pas de mon avis vu qu’il n’est plus disponible à part auprès de soldeurs. En effet, ce tome est la rencontre du duo Jim et Koko avec la douce Yom-Yom. Elle ne s’appelle pas comme ça quand on la découvre et on ne sait pas même pas que c’est elle avant la fin de ce tome.

Dans celui-ci, Jim se voit confier la rédaction d’un magasine de décoration intérieure. Il va sans dire qu’il n’y connaît toujours rien. Le cher Persée, son chef, a le don de le mettre où on ne l’attends pas. Avec cette « promotion », on lui fait miroiter un salaire plus important, ce qui n’est pas pour déplaire à Jim, toujours en quête d’argent depuis qu’il est au Daily Fluxion. Il s’y plonge corps et âme. Mais il n’a décidément pas de chance vu que les trois premières parutions s’accompagnent d’incidents pour le moins fâcheux. Le premier sujet, qui consiste à photographier la maison d’un riche collectionneur de jade, se solde par le vol de la collection le lendemain et la mort de la femme du propriétaire.

Note : vous remarquerez que quand je parle de Yom-Yom ici je met un tiret alors qu’il disparaît dans les tomes suivants.

Nous sommes toujours contents de retrouver Jim toujours en quête d’un logement après que son propriétaire précédent a trouvé la mort. Il loge dans un appartement de standing en l’absence du propriétaire actuel, qui est parti faire des affaires ailleurs.

Nous prenons plaisir à découvrir avec Jim les joies de la décoration d’intérieur tout en enquêtant sur le vol des objets en jade. Vous retrouverez aussi le photographe du Daily Fluxion père de six enfants et bon buveur ainsi qu’Arch Riker même si dans ce tome il n’est pas très présent.

Bonne lecture !

Le chat qui lisait à l’envers de Lilian Jackson Braun

Le chat qui lisait à l’envers de Lilian Jackson Braun aux éditions 10/18

Résumé de l’éditeur :

Pour Jim Qwilleran, ancien chroniqueur criminel, un poste de critique d’art est une véritable gageure étant donné qu’il ne connaît rien à la question. Très rapidement, il se rend compte que son véritable travail consiste à contrebalancer celui d’un féroce critique, attaché au même journal et détesté de tout le monde. Pourtant la maison de celui-ci est un véritable musée, sa table celle d’un fin gourmet, et l’homme lui-même est brillant et satirique. Il possède un chat siamois aristocratique, Kao K’o Kung – Koko pour Qwilleran – qui apprécie les vieux maîtres et sait lire à l’envers les manchettes des journaux. Dans le monde apparemment paisible des Beaux-Arts, trois morts brutales se produisent et c’est grâce au flair de Koko que Qwilleran découvrira la vérité.

Mon avis :

Je vous ai déjà chroniqué un des livres de Lilian Jackson Braun mais je voulais vous parler du tout premier de la série. Ce premier livre marque la rencontre de Jim Qwilleran avec le vénérable Kao K’O Kung plus connu sous le nom de Koko.

Cet épisode marque aussi l’entrée de Jim au Daily Fluxion. Il devient chroniqueur artistique alors que de son propre aveu il n’y connaît rien. Là-bas il revoit un ami de longue date Arch Riker qui devient son patron vu que c’est le chef de la rubrique Spectacles. Le chat appartient au critique du journal : George Bonifield Mountclemens III, qui fait des chroniques très acides sur les artistes et les expositions du coin : seul les artistes exposés à la galerie Lambreth trouvent grâce à ses yeux. Mais bientôt le propriétaire de la galerie est assassiné. Jim, qui a toujours aimé enquêter, se met à fureter avec l’aide de Koko. George est parti en voyage laissant Koko à la garde de Jim. Je dois dire sans essayer de vous spoiler que je ne comprends pas comment se fait-il que Koko se retrouve après confié totalement à Jim. Même si on a un début de réponse.

Comme vous pouvez le constater par rapport à mon précédent billet, il n’est ici jamais fait mention de Yom Yom l’adorable chatte vu que Jim ne l’a pas encore rencontré. Il la rencontre dans un autre tome de la série, qui raconte la rencontre du trio Jim, Koko et Yom Yom. Je suis de toute façon en train de relire tous les tomes pour mon plus grand plaisir, et vous ferai peut-être d’autres chroniques.

Partagez donc mon plaisir en les lisant.

Bonne lecture !