L’épouvantable bibliothécaire d’Anne-Gaëlle Balpe

L’épouvantable bibliothécaire d’Anne-Gaëlle Balpe chez Sarbacane, 2020 (Pépix).

Résumé de l’éditeur :

Après l’Auteur, c’est au tour de la Bibliothécaire d’endosser le rôle du Méchant de l’histoire. Son obsession ? Archiver, classer et répertorier le Moooooonde !

Quand Suzanne apprend qu’elle va passer ses vacances chez sa tante Églantine, à la campagne, loin de sa bibliothèque chérie, c’est la catastrophe : deux semaines sans lire, impossible ! Heureusement, une fois sur place, elle apprend qu’un vieux manoir abrite une
bibliothèque. Suzanne est ravie : ses vacances sont sauvées. Bizarrement, tout le monde semble avoir peur de cet endroit, et ses nouveaux amis, Marin et Mo, la mettent en garde : la bibliothécaire est une vieille sorcière acariâtre ! Mais lorsque la petite sœur de Mo échappe à sa surveillance et entre dans le manoir, plus le choix : épouvantable bibliothécaire ou pas, il faut la récupérer !

Mon avis :

Alors ce que j’aime bien dans la collection Pépix c’est que c’est des livres facile à lire avec des grandes interlignes.

Dans celui-ci nous rencontrons Suzanne une jeune fille passionnée de livres qui se trouve bien dépourvue quand elle arrive en vacances chez sa tante en en pleine campagne avec seulement un livre. Ce qui pour une grande lectrice comme moi serait dure également. Vive la liseuse quand on part en vacances, ça permet de continuer à dévorer les livres en ayant le poids des mots sans le poids des livres.

Bon ceci est un autre débat. Notre Suzanne elle finit son livre en une soirée et se retrouve dépourvue. Mais elle apprend que le manoir pas loin abrite une bibliothèque. Délaissant les moutons de sa tante elle part à la découverte de cette bibliothèque. Mais elle est désappointée par l’état de la bibliothèque couvert de poussières avec très peu de livres et une bibliothécaire dès moins accueillante qui soit. Cette bibliothèque va l’intriguer à tel point qu’elle va entrainer ses deux amis qu’elle s’est fait ici une fille prénommée Mo et un garçon hypocondriaque Marin.

Ce livre est une ode à vivre sa vie au lieu de la vivre dans les livres. Ce en quoi je ne suis pas totalement d’accord. On peut de mon poingt de vie faire les deux. Avoir des aventures extraordinaires et se réserver des moments de lecture.

Heureusement toutes les bibliothèques ne sont pas comme ça. Et les bibliothèques nous permettent de découvrir pleins de livres de façon quasi gratuite.

Mais pour Suzanne ce sevrage des livres lui permettra de se faire des amies, de délivrer des gens de sciences mal faites et d’écrire son propre livre.

Je ne vous en dit pas plus et vous laisse j’espère avec cette envie de lire ce livre qui se lit d’une traite.

Bonne lecture !

Royale (malgré moi), t.1 : rebelle, gaffeuse, célibataire…

Royale (Malgré moi), t.1 : Rebelle gaffeuse, célibataire… de Rachel Hawkins chez Nathan, 2020.

Résumé du livre :

Une Bridget Jones à la sauce royale

Daisy, Américaine de 17 ans, est catapultée dans le monde fastueux de la royauté lorsque sa sœur se fiance au prince d’Écosse.
Elle qui aime le franc-parler et la simplicité découvre un univers régi par le protocole et la retenue. Elle a bien du mal à s’adapter, surtout que rien ne se passe comme prévu : le petit frère du prince lui fait des avances, alors qu’elle s’amourache d’un certain duc pince-sans-rire, à qui on a demandé de jouer son faux petit ami pour la presse… Entre fantasme et réalité, il n’y a parfois qu’un pas.

Mon avis :

j’aime bien ce genre de livre où une fille « ordinaire » se retrouve du jour au lendemain célèbre sans qu’elle l’ait voulu. j’en ai déjà parlé avec It girl . Si vous ne l’avez pas lu jetez un œil au moins au tome 1 c’est très bien.

Là notre héroïne ne se retrouve pas dans la célébrité mondaine américaine mais dans l’aristocratie écossaise. Elle s’appelle Daisy c’est une américaine. On est en été. Sa sœur va se marier en décembre avec le prince d’Ecosse futur roi. Suite à des indiscrétions de son ex dans la presse sa sœur lui demande de venir dare dare en Ecosse pour arrêter les gaffes. Mais tout ne se passe pas comme prévu. Elle accumule les gaffes et doit en plus supporter le frère du prince. Dans les blogs et la presse on pense qu’elle va se mettre avec lui. Mais même si le frère cadet est beau ce n’est pas vraiment dans ses plans. Elle ne demande juste qu’on lui foute la paix qu’on arrête d’essayer de vendre des clichés d’elle dans la presse et qu’elle retrouve une vie normale.

Le frère cadet fait des gaffes qu’il faut bien sûr cacher à la presse. Un de ses amis est fort désagréable avec Daisy. En fait tout le monde la prend pour une « courreuse » d’altesse. Heureusement que son amie devrait bientôt arriver et elles pourront aller tranquille à une signature de leur autrice préférée. Enfin c’est ce qu’elles croient.

C’est un livre réjouissant qui se lit vite et qui vous donnera la pêche.

Bonne lecture !

Jujutsu Kaisen de Gege Akutami

Jujutsu Kaisen de Gege Akutami chez Ki-oon, 2020 (Shonen)

Résumé de l’éditeur :

Engloutir les ténèbres pour mieux les combattre !

Chaque année au Japon, on recense plus de 10 000 morts inexpliquées et portés disparus.
Dans la majorité des cas, ce sont les sentiments négatifs des êtres humains qui sont en cause. Souffrance, regrets, humiliation : leur accumulation dans un même endroit provoque des malédictions souvent fatales…

C’est ce que va découvrir à ses dépens Yuji Itadori, lycéen et membre du club de spiritisme. Il ne croit pas aux fantômes, mais contribue tout de même aux différentes missions du groupe…jusqu’à ce que l’une d’elles tourne mal. La relique qu’ils dénichent, le doigt sectionné d’une créature millénaire, attire les monstres ! Le jeune homme n’hésite pas une seconde : il avale la relique pour conjurer le mauvais sort !

Le voilà possédé par Ryomen Sukuna, le célèbre démon à deux visages. Contre toute attente, Yuji réussit à reprendre le contrôle de son corps. C’est du jamais vu ! Malgré tout, il est condamné à mort par l’organisation des exorcistes… Une sentence qui ne pourra être repoussée qu’à une seule condition : trouver et ingérer tous les doigts de Sukuna afin d’éliminer la menace une fois pour toutes. Et pour ça, l’adolescent va devoir s’initier à l’art occulte et mystérieux de l’exorcisme !

Monstres assoiffés de sang, combats épiques et magie surpuissante : découvrez la nouvelle bombe dark fantasy ! Au cœur d’une lutte millénaire entre exorcistes et démons, comment garder son humanité alors même que le mal se tapit au plus profond de soi ?

Mon avis :

Yuji est un garçon sportif très attaché à son grand-père qui est en train de mourir. Au Japon, dans les établissements scolaires il faut obligatoirement s’inscrire à un club. Yuji choisit le club de spiritsime. Mais on l’inscrit d’office à un autre. Il refuse et reste dans celui du spiritisme. Au grand soulagement des deux autres membres qui n’auraient pas eu leur quota pour garder le club ouvert. le groupe déniche un doigt d’un démon très vieux et très puissant. Pour protéger ses camarades il décide de manger le dit doigt pour être aussi puissant.

Après il se retrouve possédé par le démon mais Yuji arrive à reprendre le contrôle de son corps au grand étonnement de Megumi un élève d’une école d’exorcisme. Peu après Yuji se retrouve lui aussi élève de cette école. C’est soit ça soit la mort.

Certes c’est un manga violent et il y a beaucoup de créatures affreuses. Mais c’est un manga sympa. Il fait le bonheur de Jump le magazine qui le prépublie en magasine.

Bonne lecture !

La voie du tablier de Kosuke Oono

La voie du tablier de Kousuke Oono chez Kana, 2019 (Big Kana).

Résumé de l’éditeur :

Notre homme est un ancien yakuza devenu homme au foyer… Il se faisait appeler « Tatsu, l’immortel » ! Aujourd’hui, il est l’homme idéal : il prépare des bentô à tomber, il repère les meilleurs promotions et il aide même d’anciens collègues (?) dans leur quotidien…
Mais malgré son adorable tablier, il ne peut totalement gommer son air patibulaire et son regard de tueur… Pour notre plus grand plaisir !

Mon avis :

Tatsu a la mine patibulaire. Il est couvert de tatouages et pour ce qui ne le savent pas les tatouages ne sont pas bien vu au Japon et ils désignent obligatoirement un Yakuza. Alors c’est dure pour lui de devenir un homme au foyer. Même s’il s’en donne du mal il est parfois bien embêté. Par exemple sa femme qui travaille oublie le bento qu’il lui a préparé. Ni une ni deux il met le bento dans un attaché-case et il va lui ramener mais il se fait contrôler par des policiers. Les rencontres entre son ancienne vie et sa nouvelle vie sont souvent amusantes.

La seule chose que je regrette c’est qu’il n’y a pas de liant dans cette histoire. c’est plein de sketchs mais pas vraiment une histoire qui se suit. Mais pour ceux qui aiment lire des petites histoires je vous recommande ce livre.

Bonne lecture !