Alexia, notre fille d’Isabelle et Jean-Pierre Fouillot avec Thomas Chagnaud chez Robert Laffont, 2021.

Résumé du livre :

Affaire Daval. La vérité sur l’assassinat de notre fille.
« Elle s’appelait Alexia. C’était notre fille. Et cela fait quatre ans qu’elle a été tuée par celui qui lui avait promis de l’aimer. Depuis, nous ne vivons plus. Nous survivons. »

Le 30 octobre 2017, il est environ 15 heures lorsqu’un élève gendarme découvre dans un fourré, en lisière du bois d’Esmoulins, le corps sans vie et partiellement calciné d’une jeune femme. Pour lui, cela ne fait guère de doute, il s’agit très certainement d’Alexia Daval, disparue deux jours plus tôt. La confirmation de l’identité de la victime fait basculer les parents d’Alexia dans l’horreur.
Pendant trois mois, leur gendre, Jonathann, s’assoit à leur table, pleure avec eux, parle d’Alexia, de son absence, de l’amour qu’il lui portait et de l’impossibilité pour lui de vivre sans elle, alors que dans la nuit du 27 au 28 octobre 2017, il l’a frappée à mort avant de l’étrangler, de transporter son corps dans la forêt et d’y mettre le feu.
Quatre ans après avoir vécu l’insoutenable, Isabelle et Jean-Pierre Fouillot, les parents d’Alexia, ont choisi de raconter leur histoire pour lui rendre hommage, la faire revivre et tenter enfin de comprendre ce qui lui est arrivé.

Mon avis :

Que dire ? Poignant, triste mais salutaire. C’est un féminicide parmi malheureusement tant d’autre. Sauf que celui-ci a passionné la France entière. On a été ému par cet homme qui avait perdu la femme qu’il l’aimait. Il avait du mal à sortir une phrase sans se mettre à pleurer. Mais quand les journalistes n’étaient pas là il allait au cinéma en Porsche sans montrer aucunement son chagrin. Que dire aussi d’une femme qui peu de temps avant sa mort souffrait d’absence qui la terrorisait mais qui n’avait pas l’air de faire beaucoup peur à son mari. Un mari qui ment beaucoup, qui arrange ce qu’il veut comme il veut. Une mère absente ? On apprend qu’il n’en ait rien. Non Alexia était une jeune femme comme une autre qui n’avait pas demandé à mourir sous les coups de celui qui lui avait promis respect. Alexia une des nombreuses femmes qui est morte par un homme à qui on n’a pas appris qu’il ne faut jamais se battre avec personne.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.