Boule à zéro, t. 8 : Le fantôme de la chambre 612 de Zidrou et Ernst chez Bamboo, 2020.

Résumé du livre :

Les aventures pleines d’humour et de tendresse d’une petite fille hospitalisée.
Je m’appelle Zita. Mais ici, à l’hôpital, tout le monde m’appelle « Boule à Zéro ». J’ai 13 ans et j’habite au 6e étage, réservé aux enfants. Je suis – comme qui dirait – la mascotte de cet hôpital. Il faut dire que ça fait bientôt 10 ans que j’y vis, me battant toute seule contre un cancer. Toute seule parce que ma mère est du genre courant d’air et mon père… ben, mon père, il nous a abandonnées alors que j’avais quatre ans, quand il a appris que sa… « petite fille chérie » était atteinte d’une leucémie (il est permis, ici, de huer !). Et vous savez quoi ? Mon père, que j’ai jamais trop connu, vient de débarquer dans ma vie… Vous allez voir qu’il va falloir que je l’adopte ! 

Mon avis :

Je ne vous ai jamais parlé de cette série et c’est impardonnable. On fait la connaissance de Zita une ado de 13 ans qui vit depuis 10 ans à l’hôpital. Elle ne l’a pas choisi bine sûr. Elle souffre d’un cancer. Les traitements l’ont rendu chauve et les gens qui ne la connaissent pas la prenne pour un garçon. Mais attention elle a du caractère la gamine. Elle ne se laisse pas faire. C’est peut-être pour ça qu’elle résiste autant à sa maladie. Tout le monde n’a pas eu cette chance. Si vous n’avez pas lu la série commencez par le début et vous comprendrez de quoi je parle avec le tome 4 si je ne m’abuse. Là Le père de Zita réapparait après avoir joué les filles de l’air depuis de nombreuses années. Elle va devoir apprendre à pardonner à son père d’avoir fui la maladie de sa fille et réapprendre à aimer ce père qui est enfin revenu. C’est une BD qui me fait facilement passée du rire au larme mais bizarrement on en redemande. Mais j’attends avec impatience que la petite Zita guérisse et reprend une vie normale. Elle ferait des ravages avec son humour.

En plus de la petite Zita nous avons divers personnages que vous allez apprécier le docteur qui s’occupe d’elle, les infirmières mais aussi la conteuse bénévole qui nous fait voyager avec ses histoires, les autres patients et même le fantôme du fondateur de l’hôpital ou son esprit. C’est une BD pleine d’humour qui aborde n sujet difficile avec humour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.