Une enquête de Loveday & Ryder, t.4 : le secret de Briar’s Hall de Faith Martin aux éditions harper collins noir, 2021.

Résumé du livre :

Le 4e tome de la série Loveday & Rider

Oxford, Pâques 1961.


A Briar’s Hall, propriété de la famille de Lacey, une chasse aux œufs est organisée pour les enfants du village. Eddie, 11 ans, disparaît. Son corps est retrouvé dans un puits. Si l’enquête du coroner conclut à un accident tragique, le Dr Clement Ryder, médecin légiste, a des doutes.
Lorsque Martin de Lacey, le propriétaire du manoir, vient lui faire part du souhait du père de l’enfant de relancer l’enquête, Clement obtient de la police locale que Trudy Loveday soit affectée à l’affaire. C’est tout le petit monde de Briar’s Hall et de la famille de Lacey qu’il faudra étudier de près…

  Traduit de l’anglais (Royaume-Uni) par Hanna Chahchoub et Alexandra Herscovici-Schiller

Faith Martin, également connue sous son véritable nom, Jacquie Walton, est l’auteure de nombreux romans policiers à succès. Née à Oxford et amoureuse de la campagne anglaise, elle situe nombre de ses romans dans le cadre bucolique de la région oxonienne.

Mon avis :

Dans ma librairie il n’y avait que ce tome à disposition et je n’avais pas vu que c’était le tome 4. Quand je m’en suis aperçu j’ai d’abord commandé le tome 1 et j’ai tellement aimé. J’ai commandé les deux autres tomes manquants et je n’ai pas pu résister à lire celui-ci sans attendre les tomes manquants. Nous retrouvons Trudy qui se fera remettre une médaille pour avoir sauvé la vie du fils d’un duc. Elle est un peu mal à l’aise. Et elle sait que ça va avoir du mal à passer auprès de son chef qui ne voit toujours pas d’un bon œil une femme dans la police. Donc elle se tient à carreau. Un enfant disparait et ses collègues et elle doivent le chercher sur le domaine où il a disparu. Elle le trouve dans un puits abandonné mal refermé. Tout le monde conclut à un accident mais Le coroner Clement Ryder a des doutes. Et il demande l’affectation de Trudy sur cette affaire. Elle est toujours contente de s’échapper du commissariat où on ne lui confie que des tâches sans importance. De plus elle a enfin rompu avec Brian au grand dam de sa mère qui lui en veut beaucoup. Quelle idée de vouloir faire carrière alors qu’elle devrait se marier et élever ses enfants ? Et oui avant mai 68 il n’était pas encore trop bien vu d’avoir un métier pour une femme. Ou alors juste avant le mariage et encore.

Trudy bouscule la vision de la femme des années 60. Elle veut s’affranchir du rôle qu’on voudrait lui assigner pour une femme. Elle est ambitieuse et voudrait qu’on la prenne au sérieux. Clement Ryder quand à lui doit toujours cacher l’évolution de sa maladie et espère encore exercer en tant que coroner de longues années avant que sa maladie soit découverte. Même s’il sait qu’il ne lui reste pas beaucoup de temps avant que son mal soit aperçu et qu’il doit démissionner de ses fonctions.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.