Neuf mois et toi de Lucy Knisley chez Casterman, 2020.

Résumé de l’éditeur :

9 mois d’attentes, de doutes… et de joie Depuis toujours, Lucy est animée par un rêve d’enfant. Ce désir vit en elle, mais les choses ne se passent pas toujours comme prévu…
L’autrice raconte ici ses attentes et son parcours parfois difficile de future mère, avec la douleur d’une fausse couche, ainsi que son évolution personnelle, celle de son compagnon et de leurs proches au cours de ces 9 mois de grossesse entre drame et joie.
Dans ce récit intime, sincère et très documenté, l’autrice confie ses doutes et ses espoirs tout en proposant des observations pratiques. C’est aussi toute la dimension culturelle de la grossesse qu’interroge le témoignage de Lucy Knisley, des superstitions les plus absurdes jusqu’à certaines idées reçues qui perdurent encore, souvent dans le but de dominer autant que possible le corps des femmes.

Mon avis :

Ce n’est pas ce que j’appelle une naissance facile. Et on est contente nous les femmes habitant en France d’avoir droit au système de soin français. Son gynéco ne l’écoute pas. On voit que c’est un homme. Parce que toutes ses souffrances sont niés ou sous-évalués par son docteur. En plus avant elle a souffert de fausse couche. C’est le bonheur quand elle comprend que celui-ci elle devrait le garder. Malgré les nausées, les douleurs et même la dépression de son mari qui a peur de voir sa vie changer. Elle est aux anges jusqu’à l’accouchement et là ce n’est pas de la tarte. Elle nous montre même une photo d’elle sur son lit d’hôpital. Je ne connaissais pas le problème de la prééclampsie et grâce à ce livre j’ai appris ce que c’était.

Ce livre est très intéressant. Je ne pense pas qu’il nous donne franchement envie de tomber enceinte même si elle nous apprend pas mal de chose.

Bonne lecture !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.