Avril enchanté d’Elizabeth Von Arnim chez 10/18, 2011. (Littérature étrangère)

Résumé de l’éditeur :

Deux jeunes Londoniennes, Mrs. Wilkins et Mrs. Arbuthnot, décident, un jour de pluie trop sale et d’autobus trop bondés, de répondre à une petite annonce du Times proposant un château à louer pour le mois d’avril sur la Riviera. En cachette de leurs maris, elles cassent leurs tirelires et trouvent deux autres partenaires pour partager les frais du séjour : l’aristocratique et très belle Lady Caroline Dester, qui veut fuir ses trop nombreux soupirants, et la vieille Mrs. Fisher, à la recherche d’un lieu paisible.

Mon avis :

En ce moment j’ai besoin de littérature feel-good. J’ai écumé les sites à la recherche de titre. Celui-ci était dans la liste de Babelio. Après avoir découvert le « hygge » danois. Je découvre le bonheur de femmes anglaises à prendre des vacances dans un château italien, rempli de fleurs, de beaux paysages et et avec le personnel fourni. Mrs Wilkins est une femme effacée empêtrée dans un mariage sans passion. Mrs. Arbuthnot qui à force de courir les bonnes œuvres en a perdu son mari en route. La très belle Lady Caroline Dester qui en a marre que tous les hommes jeunes comme vieux se jettent à ses pieds et en deviennent gâteux. Mrs. Fisher qui ne vit que sur son passé et ne supporte pas le monde actuelle.

Tout ce petit monde va se retrouver en Italie et petit à petit chacun leur tour vont y connaître un sentiment de paix qui va les gagner. Mrs. Wilkins sera la première atteinte. Il sera au paradis pour elle. tout n’est que félicité. Mrs. Arbuthnot va peu à peu apprendre à lâcher prise et à goûter pour elle des joies simples sans se sentit coupable. Lady Caroline va connaître un peu de paix à ne pas être courtisé par de nombreux prétendants qu’elle n’a que faire et se prendre d’amitié pour Mrs Wilkins. Et Mrs. Fisher va se remettre à trottiner. Alors que pour elle une vieille femme doit savoir se tenir.

C’est un livre qui se lit d’une traite. Vous y retrouverez les merveilleux paysage de l’Italie, la nourriture, et même des personnages italiens incarnaient par le personnel de maison. un livre qui vous donne envie de voyager mais aussi de réfléchir aussi à ce bonheur qu’on essaye toujours d’atteindre et qu’on y arrive pas à moins de justement lâcher prise.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.