La petite dernière de Susie Morgenstern chez Nathan, 2017

Résumé de l’éditeur :

Les PETITES dernières veulent aussi faire de GRANDES choses !

La petite Susie grandit dans les années 50, à Newark aux États-Unis, dans une famille juive de trois enfants. De trois filles plus exactement : Sandra, Effie et elle, Susie, la « petite dernière ». Et c’est son grand drame d’être la troisième. Seules ses aînées se voient confier de véritables missions par leur mère : préparer les légumes, mettre la table… Elle, elle n’est même pas digne d’éplucher les patates, elle doit se contenter de faire ses devoirs ! Et ses sœurs prennent toute la place : Sandra est « la plus jolie », Effie « la plus drôle ».Que lui reste-t-il de spécial ?
Mon avis :
Ne vous fiez pas au résumé. Tout n’est pas négatif à être la petite dernière. La semaine dernière je vous parlais d’en savoir plus sur Susie Morgenstern. C’est à cause de ce livre. En effet, Susie nous parle de son enfance au New Jersey autour de parents aimants et de ses deux sœurs ainées. Très tôt elle dévorait les livres de bibliothèque. Comme sa sœur Sandra  était la séductrice de la maisonnée et Effie le bout-en-train. Il ne lui restait plus qu’être studieuse à l’école. Elle ne trouvait rien à raconter qui puisse la distinguer des deux autres en dehors de ses résultats scolaires. Malgré cela, elle s’est beaucoup amusée pendant son enfance.
Elle était juive mais elle n’a quasiment pas souffert de l’antisémitisme. La seule fois où un garçon du voisinage l’a traité de « sale juive », elle demande à sa mère si elle était sale. cet épisode convainquit ses parents de l’inscrire à l’école juive. Elle sait ce qu’il s’est passé et des parents sont même venus habiter chez elle après être revenu de camp. Mais pour elle c’est loin et elle ne demande qu’à s’amuser, et beaucoup lire.
Elle aime beaucoup l’école mais est tout de même contente de rater l’école quand la neige bloque les route. ça lui permet de passer la journée à dévaler les pentes en luge.
Nous nous prenons à aimer Susie et sa famille. Une mère instruite et pour l’époque c’était rare pour le noter. Un père pas bavard mais aimant. Des sœurs qui valent le coup d’être connues.
Je vous recommande donc cette lecture qui vous permettra de connaitre mieux l’enfance de Susie Morgenstern. Pour sa vie d’adulte c’est d’autre livres.
J’ai dors et déjà pris note de les lire.
Bonne lecture !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.