Le chat qui lisait à l’envers de Lilian Jackson Braun aux éditions 10/18

Résumé de l’éditeur :

Pour Jim Qwilleran, ancien chroniqueur criminel, un poste de critique d’art est une véritable gageure étant donné qu’il ne connaît rien à la question. Très rapidement, il se rend compte que son véritable travail consiste à contrebalancer celui d’un féroce critique, attaché au même journal et détesté de tout le monde. Pourtant la maison de celui-ci est un véritable musée, sa table celle d’un fin gourmet, et l’homme lui-même est brillant et satirique. Il possède un chat siamois aristocratique, Kao K’o Kung – Koko pour Qwilleran – qui apprécie les vieux maîtres et sait lire à l’envers les manchettes des journaux. Dans le monde apparemment paisible des Beaux-Arts, trois morts brutales se produisent et c’est grâce au flair de Koko que Qwilleran découvrira la vérité.

Mon avis :

Je vous ai déjà chroniqué un des livres de Lilian Jackson Braun mais je voulais vous parler du tout premier de la série. Ce premier livre marque la rencontre de Jim Qwilleran avec le vénérable Kao K’O Kung plus connu sous le nom de Koko.

Cet épisode marque aussi l’entrée de Jim au Daily Fluxion. Il devient chroniqueur artistique alors que de son propre aveu il n’y connaît rien. Là-bas il revoit un ami de longue date Arch Riker qui devient son patron vu que c’est le chef de la rubrique Spectacles. Le chat appartient au critique du journal : George Bonifield Mountclemens III, qui fait des chroniques très acides sur les artistes et les expositions du coin : seul les artistes exposés à la galerie Lambreth trouvent grâce à ses yeux. Mais bientôt le propriétaire de la galerie est assassiné. Jim, qui a toujours aimé enquêter, se met à fureter avec l’aide de Koko. George est parti en voyage laissant Koko à la garde de Jim. Je dois dire sans essayer de vous spoiler que je ne comprends pas comment se fait-il que Koko se retrouve après confié totalement à Jim. Même si on a un début de réponse.

Comme vous pouvez le constater par rapport à mon précédent billet, il n’est ici jamais fait mention de Yom Yom l’adorable chatte vu que Jim ne l’a pas encore rencontré. Il la rencontre dans un autre tome de la série, qui raconte la rencontre du trio Jim, Koko et Yom Yom. Je suis de toute façon en train de relire tous les tomes pour mon plus grand plaisir, et vous ferai peut-être d’autres chroniques.

Partagez donc mon plaisir en les lisant.

Bonne lecture !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.